Coronavirus: 30 films récents autorisés à sortir en VoD

  • La comédie de début d'année #Jesuislà, avec Alain Chabat est disponible en VoD
    La comédie de début d'année #Jesuislà, avec Alain Chabat est disponible en VoD Courtesy of Gaumont Distribution / Courtesy of Gaumont Distribution
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(AFP) - Acheter et regarder en ligne le dernier Clint Eastwood, sorti mi-février, ou la comédie de début d'année #Jesuislà, avec Alain Chabat, est désormais possible, grâce à une dérogation du Centre National du Cinéma pour soutenir la filière, à l'arrêt avec la crise du coronavirus.

Quelque 31 films bénéficient de cette dérogation prévue dans la loi d'urgence et permettant "à titre exceptionnel" de raccourcir les quatre mois requis entre la sortie d'un film en salles et son exploitation en DVD ou en VoD (délai inscrit dans la chronologie des médias).

Sont notamment concernés "1917" de Sam Mendes, sacré aux Bafta britanniques, "Cuban Network" d'Olivier Assayas, avec Penelope Cruz ou encore "Invisible Man", avec Elisabeth Moss, a indiqué jeudi le CNC, après une réunion de son conseil d'administration.

Des films sortis avant le 14 mars, et dont la carrière a été stoppée net par la fermeture des salles de cinéma.

Pour ceux dont la sortie était prévue après le 14 mars, le CNC va aussi faciliter leur diffusion en VoD, sans attendre la réouverture des cinémas, en ne demandant pas aux producteurs et diffuseurs de rembourser les aides allouées pour leur diffusion.

"Ces deux dispositifs ne remettent en cause en aucune manière la chronologie des médias", insiste le CNC, alors que les discussions sont âpres pour faire évoluer ce dispositif à l'heure du streaming.

Outre l'accès aux films, l'organe de soutien du 7e art a également pris des mesures pour soutenir plusieurs secteurs de la filière. Un fonds de soutien aux auteurs, "dont les revenus peuvent être très cycliques et étalés dans le temps", a été créée et sera abondé par le CNC.

"Il est absolument fondamental, si l'on veut protéger la filière, de venir en aide au premier des maillons de la chaîne, les auteurs", a souligné Dominique Boutonnat, à la tête du CNC.

Face à des risques de faillite, les autres métiers de la filière - producteurs, distributeurs, exploitants, exportateurs - pourront mobiliser jusqu'à 30% des fonds sur leur compte de soutien au CNC.

"Si dans l'immédiat, la priorité absolue est de sauvegarder la pérennité des entreprises et des talents, viendra ensuite le temps de la relance", souligne M. Boutonnat, alors que le 7e art est confronté à une crise inédite, entre des tournages à l'arrêt, des salles fermées, un festival de Cannes au mieux reporté et une somme d'incertitudes.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir