Les chocolatiers se préparent à fêter Pâques… confinés

  • La collection de Pâques d’Agnès et Pierre est d’ores et déjà disponible sur leur site internet.
    La collection de Pâques d’Agnès et Pierre est d’ores et déjà disponible sur leur site internet. repro cpa / repro cpa
  • La pâtisserie Clément ne livre et ne fabrique pas que des chocolats : il y a aussi des gâteaux !
    La pâtisserie Clément ne livre et ne fabrique pas que des chocolats : il y a aussi des gâteaux ! repro cpa / repro cpa
  • Le magasin de la chocolaterie Alary, place de la cité, rouvrira ses portes la semaine prochaine.
    Le magasin de la chocolaterie Alary, place de la cité, rouvrira ses portes la semaine prochaine. repro cpa / repro cpa
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Cette année, les cloches de Pâques seront surprises quand elles viendront apporter leurs œufs dans un monde confiné. Mais les chocolatiers ruthénois ont pensé à tout : ce sont désormais les chocolats qui viennent aux gourmands.

La situation est assez inédite : cette année, les œufs et autres gourmandises de Pâques devront être dégustés en étant confiné. Les chanceux qui possèdent un jardin pourront s’adonner à la recherche des chocolats au milieu des fleurs, et les autres pourront tout de même les cacher dans leurs tiroirs et placards. Et le pouvoir réconfortant du chocolat n’est plus à prouver, et ça, les chocolatiers le savent bien ! C’est pourquoi les artisans ruthénois redoublent d’efforts pour amener un peu de joie et de chaleur dans les foyers aveyronnais, encore plus en cette période de confinement.

Une production arrêtée et réduite

La production des chocolats de Pâques nécessite évidemment de l’anticipation, et les chocolatiers ruthénois ont dû s’adapter aux mesures de confinement : fermeture des boutiques, arrêt de la production, livraison à domicile… Pour eux, il était hors de question de ne pas fêter Pâques avec des chocolats.

"J’ai commencé la production il y a un mois et demi. J’ai dû l’arrêter avec le confinement, mais j’avais déjà fait les trois-quarts des chocolats, soit entre 200 et 300 kg. Il faut les écouler !", précise Clément Battut, de la Pâtisserie Clément. Pour s’accommoder de la situation, la chocolaterie Alary n’a façonné qu’un quart de sa production habituelle. Et de l’autre côté de la place de la cité, Agnès et Pierre s’adaptent à la demande : les chocolats sont spécialement fabriqués pour celui qui les commande.

Les artisans sont… chocolats

Les chocolatiers sont un peu frustrés et déçus par ce Pâques confiné. "Je préférerais être fatigué par trop de travail, que par le fait de chercher des solutions financières et des solutions d’organisation", explique Stéphane Alary. Et Agnès et Pierre, dont la boutique profitait du confinement pour se refaire une beauté, avaient prévu de rouvrir pour Pâques. Mais les mesures restrictives en ont décidé autrement.

Le temps est à l’adaptation

Malgré la crise, le monde ne s’est pas arrêté de tourner. Et quoi de mieux que du chocolat pour se faire du bien au cœur et au corps ? Les Aveyronnais et les Ruthénois en ont bien conscience. Tellement que la demande de chocolat s’accroît. La Pâtisserie Clément, tout comme Agnès et Pierre et la chocolaterie Alary, s’est mise à la livraison à domicile. Leurs réseaux sociaux et sites internet regorgent de gourmandises. Il suffit de passer commande pour que les chocolats, et même gâteaux, viennent sonner directement à votre porte.

La chocolaterie Alary rouvre même ses portes, en matinée, à partir de la semaine prochaine. Tout comme la Pâtisserie Clément, à Onet-le-Château (le matin) et à Rodez (l’après-midi).

De la générosité chocolatée

Dans la crise, la générosité grandit. Avec le chocolat qu’il lui reste Stéphane Alary a prévu de fabriquer de gros œufs remplis de surprises, qu’il donnera au centre hospitalier et aux Ehpad de la ville. Et les gourmands sont chocolatement généreux, entre-œufs. "Parmi les commandes que l’on a, beaucoup viennent de personnes qui font livrer les chocolats à leurs proches ", raconte Pierre Previdente. Le chocolat réchauffe les cœurs. "Et à défaut de pouvoir se retrouver, on s’offre des chocolats", conclut-il.

Margot Pougenq
Voir les commentaires
Réagir