L’escrime castonétois : une histoire écrite à la pointe de l’épée

Abonnés
  • Luminita aux côtés de Laura Flessel, lors de la venue de celle-ci à Onet le château
    Luminita aux côtés de Laura Flessel, lors de la venue de celle-ci à Onet le château
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Né en 1922 en Hongrie, obligé de fuir son pays en 1956 "en laissant femme et enfants" qu’il retrouvera plus tard, Lazslo Horvath, jeune professeur de gymnastique d’alors, est ouvrier dans une usine de Mulhouse. Bientôt une opportunité se présente à lui : devenir professeur d’éducation physique, soit à Marseille, " la ville des gangsters" selon ses collègues alsaciens, soit à Rodez "la ville des curés et des saints ". Il choisit les saints et débarque en Aveyron en 1958. Lui qui ne savait pas tirer, passe tout de même son diplôme de Maître d’armes et finit par le décrocher à la deuxième tentative, objectif guidé par l’orgueil et la volonté de réussir du professeur de gym, également diplômé de droit et ancien maire adjoint de Baja, ville hongroise de 45 000 habitants… C’est à Rodez qu’il écrira l’une de ses plus belles pages et la toute première de l’escrime aveyronnais et de l’aventure d’un club devenu depuis, emblématique. La première section d’escrime, il la love dans les locaux de la toute jeune MJC, en 1970. En 1987 il crée le Cercle d’escrime ruthénois qui trouvera place dès 1991, à l’amphithéâtre. Des milliers d’enfants, de sportifs aveyronnais lui doivent ce qu’ils sont aujourd’hui et au tout premier rang, bien sûr, l’ex-armurier des équipes de France, ex-conseiller ministériel, ex-élu castonétois et candidat actuel à la présidence de la FFE, Bruno Gares. Arrivée de sa Roumanie natale en 1999, pour répondre à l’offre du club d’escrime ruthénois, Luminita Gaitan, championne d’escrime de Roumanie et des Balkans, gère depuis et d’une main de "maître" l’antenne castonétoise, dont la salle porte le nom de Laszlo Horvath. Luminita Gaitan ne pensait pas rester plus de 5 ans en France : il n’était question que d’honorer un contrat professionnel. Le hasard fait parfois bien les choses, surtout lorsque Cupidon décide d’y mettre son grain de sel. En rencontrant celui qui allait devenir son compagnon de route, la jeune femme a fait de l’Aveyron, par la force des choses et par amour, son département d’adoption.

Après la crise sanitaire, l’escrime prendra place dans le dojo de l’Espace sport et jeunesse, pour y trouver une piste d’entraînement bien plus grande.

Le déménagement ne se fera qu’à la fin du chantier de l’Espace socio culturel sportif des Quatre-Saisons, lequel accueillera les associations de sports de combat. La salle Laszlo-Horvath deviendra alors la scène du Théâtre à Moudre, mais ça c’est une autre histoire…

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

120000 €

A VENDRE - Très bien situé dans le nouvel ECO quartier Cantagrelh, ce terra[...]

140000 €

Onet le Château à vendre T3bis duplex traversant, rénové , expo ouest est.C[...]

373 €

LOCATION APPARTEMENT ONET LE CHATEAU SANS FRAIS D AGENCE- Duplex dans résid[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir