S’en sortir sans sortir, tout un programme

  • Jonathan, Gabriel, Anouck et Ninon profitent du beau temps .
    Jonathan, Gabriel, Anouck et Ninon profitent du beau temps .
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Quatre semaines au moins. Et sans doute plus. Sans école, sans café, sans bar, sans restaurant. Sans serrer la main d’un ami, d’un voisin, sans embrasser une amie. Sans aller rendre visite à ses parents ou grands-parents. Sans faire la fête entre copains, sans dîner de famille…

Face aux mesures de confinement, que font de leur journée les Luco-Primaubois ? Pas facile à gérer. Ils s’adaptent, trouvent des occupations afin de combler l’ennui. Ils restent chez eux et ne sortent en journée que pour le nécessaire. Le confinement est bien suivi dans l’ensemble.

"Le plus dur dans ce confinement, ce n’est pas de ne pas pouvoir sortir, c’est d’être privé de passer du temps avec sa famille, ses amis car ils sont notre essentiel… L’essentiel est que l’on se débarrasse de ce maudit virus et de se revoir tous en bonne santé ", confie Jonathan et Anouck, tous deux au chômage partiel, enfermés chez eux depuis 15 jours avec leurs deux enfants Gabriel, 4 ans et Ninon, 10 mois. Ils s’adaptent tant bien que mal, avec parfois de belles initiatives à la clé. Jonathan, salarié chez Colas, sportif confirmé, capitaine de Rodez rugby, et Anouck, assistante commerciale chez Ford qui télétravaille depuis quelques jours, profitent des belles journées ensoleillées pour prendre l’air sur la pelouse avec leurs deux enfants. Gabriel, qui a de l’énergie à revendre en profite pour faire le tour de la maison à grands coups de pédales pendant que sa sœur apprend à faire ses premiers pas. Les journées de Gabriel sont rythmées par un peu de travail scolaire le matin et une séance de gym en direct par Skipe avec son oncle Victor…

De quoi vivre au mieux cette période de confinement.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir