Une figure marcillacoise nous a quittés

Abonnés
  • Jean Montheil.
    Jean Montheil.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Jean Montheil nous a quittés à l’âge de 96 ans. Il était né en 1923 à Cassagnes-Comtaux et c’est en 1948 qu’il devint marcillacois en épousant Lili Delaure, la fille du meunier du Moulin du Comte. En 1950, il reprend le flambeau de la minoterie familiale qu’il exploitera pendant une quarantaine d’années, tout en étant viticulteur à ses heures. Au moment de la retraite, il a trouvé le bonheur dans son jardin qu’il cultivait avec passion en lui accordant beaucoup de temps. Jean Montheil était un personnage attachant, une figure marcillacoise appréciée pour sa gentillesse et sa bonne humeur permanente. Mêlant avec jovialité l’occitan et le français, il avait une verve très colorée, ponctuée de quelques "pécaïre" ou encore "paure fantou" bien sonores qu’il aimait répéter à l’envi. Sa grande silhouette claudiquante arpentait régulièrement les rues de Marcillac avant qu’il n’entre en maison de retraite. Son regard malicieux, son éternelle fleurette entre les dents (depuis qu’il avait arrêté de fumer), sa bienveillance à tous égards et sa bonhomie laisseront le souvenir d’un homme de valeur, profondément attaché à ses racines. Ses obsèques se sont déroulées jeudi 2 avril dans l’intimité familiale.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir