41 nouveaux malades franciliens sont arrivés en Bretagne par trains sanitaires

  • Quarante-et-un malades franciliens atteints du Covid-19 sont arrivés dimanche 5 avril à bord de deux trains sanitaires en Bretagne pour être hospitalisés dans la région.
    Quarante-et-un malades franciliens atteints du Covid-19 sont arrivés dimanche 5 avril à bord de deux trains sanitaires en Bretagne pour être hospitalisés dans la région. LOIC VENANCE / AFP / LOIC VENANCE / AFP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(AFP) - Quarante-et-un malades franciliens atteints du Covid-19 sont arrivés dimanche à bord de deux trains sanitaires en Bretagne pour être hospitalisés dans la région, a annoncé la préfecture.

Cette opération de "solidarité" vers la Bretagne est la troisième du genre depuis le début de l'épidémie en France, "afin d'apporter un soutien aux établissements de santé de la région Ile-de-France".

"Deux trains sanitaires ont été mobilisés. Ils ont réalisé le transfert de 41 patients hospitalisés en réanimation, depuis les établissements de la région Ile-de-France", a ajouté la préfecture.

Selon les services de l'État, "le premier train a assuré le transport de 20 patients à destination des centres hospitaliers de Vannes, Lorient et de Quimper".

"Le second train a assuré le transfert de 21 patients, répartis entre le CHU de Rennes, les centre hospitaliers de San-Malo, Morlaix, le CHU de Brest et l'hôpital d'instruction des Armées à Brest", a poursuivi la préfecture.

Au total treize patients ont été admis au CHU de Rennes, selon le CHU, dont sept "ont été admis en réanimation médicale et six autres en réanimation chirurgicale".

"Ils sont tous stabilisés et leurs familles ont été contactées dès leur installation terminée", indique le CHU dans un communiqué.

Installés à bord d'un TGV médicalisé, les premiers patients sont arrivés à Rennes peu avant 13H45.

Sur les quais, de nombreux soignants et ambulanciers en tenue de protection étaient visibles depuis un pont enjambant les voies ferroviaires. Une opération encadrée par la police présente aux abords de la gare, a constaté une vidéaste de l'AFP.

En milieu d'après-midi, devant le CHU de Rennes, les ambulances de la Croix-Rouge se succédaient pour amener les patients, immédiatement pris en charge par le Samu-Smur 35, avec les équipes d'anesthésie-réanimation du CHU, et l'Association départementale de protection civile (ADPC), a précisé le CHU.

Dès samedi des équipes du CHU de Rennes, des hôpitaux de Saint-Malo et de Redon (21 personnes) ont embarqué en direction de Paris, accompagnées de deux infirmiers anesthésiste d'Ille-et-Vilaine.

"Arrivées en gare de Montparnasse, elles ont été transférées vers la gare d'Austerlitz afin de procéder à l'armement du TGV sanitaire avec le matériel préalablement acheminé par camion", a indiqué le CHU rennais.

A Quimper, un TGV est arrivé en gare vers 16H00, avec sept autres patients qui devaient être acheminés vers le centre hospitalier, selon une source proche des opérations.

Samedi soir, l'Agence régionale de santé (ARS) de Bretagne avait annoncé dans un communiqué le transfert de "plusieurs dizaines" de patients d'Ile-de-France et la mobilisation de deux trains sanitaires dimanche.

A Paris, les opérations ont commencé tôt dans la matinée. A 9H30, des ambulanciers, soignants en combinaison et des gendarmes étaient visibles devant la gare d'Austerlitz, a constaté un photographe de l'AFP.

La Bretagne avait déjà accueilli le 25 mars six malades du Haut-Rhin pour soulager les hôpitaux saturés de cette région, l'une des plus touchées en France par la pandémie.

Mercredi, 36 patients d'Ile-de-France ont aussi été évacués par deux TGV vers Rennes, Saint-Brieuc et Brest.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir