La filière viande "ovin" lance un SOS

  • Dans les régions à fort dénivelé, nos brebis façonnent les paysages que vous aimez.
    Dans les régions à fort dénivelé, nos brebis façonnent les paysages que vous aimez.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

La Selve est fière d’être la plus importante commune ovine de la région. Mais l’agriculture vit un véritable drame en silence.

Les agriculteurs continuent de travailler pour nourrir la France

Que faire des produits frais, asperges, fraises, viandes, fleurs etc. ?

L’élevage aveyronnais commence à tirer la langue. La situation devient grave pour les éleveurs laitiers et surtout pour la viande…

Le lait, "pour l’instant", continue d’être collecté. L’exportation des veaux vers l’Italie est freinée depuis plusieurs semaines… Les frigos des boucheries regorgent d’agneaux car la consommation n’est pas au rendez-vous. Les éleveurs en brebis viande misent sur Pâques qui approche. La situation devient catastrophique pour la filière ovin viande qui est le parent pauvre et souvent oublié de l’élevage ! Les techniciens conseillent de rationner les agneaux, mais comment faire quand les bâtiments sont insuffisants ? Certains abattoirs sont fermés par manque de personnel. Les centres d’engraissement et les éleveurs ovin viande qui abondent le marché alimentaire pour Pâques sont au bord du gouffre. Et pourtant la France importe plus de 50 % de sa consommation ! Comme d’habitude à la même période, au rayon frais, l’agneau de Nouvelle-Zélande abattu depuis plus de 3 mois abonde les étalages à un prix inférieur à nos coûts de production ! Les grandes surfaces vont déstocker et brader ces agneaux…

Nous devons développer des publicités sur la qualité des produits agricoles français et notamment sur l’agneau Pascal.

On a tous constaté un exode massif vers les campagnes dès le début du confinement. La vie au plus près de la nature, le calme, l’isolement, le coq qui chante, les brebis et les vaches avec leurs cloches qui pâturent les près, un coin de pelouse, de jardin, deviennent le rêve d’un bon français.

"Soutenez-nous ! À Pâques, soyez patriotes : pourquoi ne pas manger de l’agneau français, accompagné d’un aligot ?", lancent les éleveurs. Les jardiniers de la nature lancent un SOS aux consommateurs : "s’il vous plaît, soyez chauvin, consommez français !"

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir