Le bel élan de solidarité des Gageoises

Abonnés
  • Virginie à l’œuvre devant sa machine à coudre.
    Virginie à l’œuvre devant sa machine à coudre.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Une des grandes préoccupations de cette crise de coronavirus est le manque des masques pour se protéger et protéger les autres. Des habitantes du village ont elles aussi, à l’instar de nombreuses autres couturières occasionnelles du pays, décidé de se mettre à fabriquer des masques. Marina habite Trébosc et a commencé à fabriquer cette protection voilà une quinzaine de jours. Depuis ce sont plus de 200 de ses créations qui ont vu le jour qu’elle destine aux Ehpad, aux infirmières, aux auxiliaires de vie, mais aussi en particulier aux Atsem et au personnel de la cantine qui assurent un service de garderie ainsi qu’aux commerçants locaux. Marina est à la recherche de tissu épais et d’élastiques. Et de préciser qu’elle fabrique ses masques avec le patron Afnor. Elle avoue ne pas pouvoir faire plus, son petit garçon de 3 ans lui prenant beaucoup de son temps. Quant à Virginie qui habite Gages-le- Haut, l’idée lui est venue en rencontrant une de ses amies infirmière libérale qui avait un besoin pressant de masques. Après avoir contacté des artisans, des taxis (Gages et Lioujas), des aides à domicile, Virginie a décidé, avec ses modestes mais ô combien appréciés moyens de se lancer à plus grande échelle. Après avoir suivi le modèle du CHU de Grenoble, elle s’est aussi tournée vers le patron Afnor "beaucoup plus efficace et simple à réaliser" précise-t-elle. Et d’ajouter : "Avec deux enfants à la maison qui vous occupent sans arrêt ou presque, il faut aussi maintenant jouer à la maîtresse, accomplir les tâches ménagères journalières, gérer ma petite entreprise (Rappelons qu’elle est coiffeuse à domicile, mais que même si le travail est en sommeil l’administratif lui ne lâche pas prise), faire mon petit entraînement quotidien sur le home-trainer, croyez-moi, les journées passent très vite". Virginie a rejoint une adresse sur Facebook "L’Atelier des Gourdes", fort d’une centaine d’adhérents qui ont déjà fabriqué plus de trois cents masques (contact Anne). Mais la quantité est-elle plus importante que cet élan de générosité remarquable dégagé par ces couturières anonymes ? D’autres dames ont également fait preuve du même élan, telles Ingrid et Jeanne Dauty (d’ailleurs des masques sont à retirer chez cette dernière 154 route de Rodez). Il faut aussi préciser, pour terminer, que tous ces masques sont généreusement offerts par leurs créatrices. Chapeau et merci mesdames !

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Montrozier

54000 €

Belle exposition pour ce terrain dans un bourg avec toutes les commodités c[...]

50300 €

Pas d'information[...]

140000 €

Exclusivité. Maison au coeur du village avec grand terrain clos et dépendan[...]

Toutes les annonces immobilières de Montrozier
Réagir