La campagne d’été vient de repartir pour les Restos du Coeur

Abonnés
  • Les bénévoles prêts à servir les bénéficiaires, tous les vendredis, de 14 heures à 16 heures.
    Les bénévoles prêts à servir les bénéficiaires, tous les vendredis, de 14 heures à 16 heures.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Les Restos du Cœur demeurent plus que jamais indispensables, à Decazeville comme ailleurs. Actualité oblige, la campagne d’été qui vient de s’ouvrir va être marquée par les contraintes liées à l’épidémie de coronavirus.

Gants, gel hydroalcoolique et désinfection des tables.

"Nous avons terminé notre campagne d’hiver début mars. Et, après trois semaines de pause, nous repartons d’avril jusqu’en automne. Le début de cette période estivale est exceptionnel, et nous prenons beaucoup de précaution suite aux directives gouvernementales. Nous ferons rentrer les bénéficiaires deux par deux seulement. Ils auront à leur disposition des gants et du gel sur chaque table. Ce sont les bénévoles qui leur amèneront leur colis. Après chaque passage, les tables seront désinfectées", explique Jacques Panissié.

La campagne d’été s’adresse aux personnes les plus démunies, 160 familles au moins sont inscrites, soit 1 800 repas distribués par semaine (le contenu du colis fonctionne avec un système de points attribué à chaque famille). La distribution se déroule le vendredi après-midi, de 14 heures à 16 heures, au local situé avenue Victor-Hugo, à proximité de la place de la Vitarelle.

Pas moins de cinquante bénévoles font tourner les Restos du Cœur à Decazeville.

Ils ne sont pas là tous en même temps, il y a un roulement en fonction des disponibilités de chacune et chacun. Ceux qui ont plus de 70 ans et ceux qui sont fragiles ont été priés de rester chez eux.

Manque de masques

D’ailleurs, saluons comme il se doit cette équipe impliquée et solidaire. Néanmoins, deux points chagrinent les bénévoles. D’abord, l’association a un manque criant de masques, si des gens de bonne volonté peuvent leur en fournir, ils seront les bienvenus. Enfin, le TUB ne circule plus l’après-midi et cela pose problème aux bénéficiaires qui ont des soucis pour se déplacer ou qui ne disposent pas de moyens de communication. Décidément, ce virus déclenche une cascade d’imprévus.

Didier Latapie
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

76750 €

A découvrir petite maison de ville mitoyenne type 4 de 90 m2 habitables com[...]

101650 €

DECAZEVILLE - Immeuble d'habitation avec 2 appartements duplex de 65 m², pr[...]

81500 €

Immeuble de rapport en parfait état. Ce petit immeuble est composé de deux [...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir