Industrie : reprise très partielle de l'activité de Bosch mardi prochain

  • Seule l'unité de production des buses d'injection sera en activité la semaine prochaine.
    Seule l'unité de production des buses d'injection sera en activité la semaine prochaine. JAT / José A. Torres / JAT
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L'unité de production castonétoise va reprendre la semaine prochaine une activité très réduite, ne mobilisant que 10% des personnels.

Malgré les fortes réticences des organisations syndicales, fermement opposées à une reprise normale de l'activité, les ateliers de l'usine Bosch vont bel et bien retrouver un semblant de vie au matin du 14 avril, après plusieurs semaines d'interruption évidemment liées à la crise sanitaire du Covid-19.

Selon le directeur du site, Patrick Meillaud, c'est cependant une activité très réduite qui sera organisée mardi prochain. À peine 10% des personnels, soit une centaine de personnes, seront invités à reprendre le travail sur l'unité de production des buses d'injection, en réponse à de nouvelles commandes, commandes cela dit très "modérées".

Les salariés concernés ont été ou seront informés personnellement par la direction. Une direction qui dit "clairement entendre les craintes et les appréhensions des employés. C'est pour cela que l'absolue priorité est de garantir leur sécurité. Toutes les mesures et les adaptations nécessaires qui vont dans ce sens seront prises." 

Par ailleurs, et alors que les syndicats ont évoqué cette hypothèse lors des points d'étapes proposés tous les deux jours avec la direction, il n'aurait jamais été question de réorganiser l'usine autour de la production de matériels dédiés aux soignants ou aux hôpitaux, que l'on parle de masques ou de respirateurs.

Quoi qu'il en soit, dans les semaines et les mois à venir, mais de manière très graduelle, le reste de l'usine retrouvera peu à peu une activité se rapprochant de la normale, même si personne ne sait aujourd'hui ce que la normalité économique et industrielle pourra bien être "le jour d'après".

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir