Confiné chez lui à Rodez, le metteur en scène Olivier Royer revient à l’essentiel

  • Le comédien, metteur en scène et professeur de théâtre Olivier Royer.
    Le comédien, metteur en scène et professeur de théâtre Olivier Royer. / MARIE CHRISTINE BESSOU /
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Où et comment confinez-vous ?

Je confine avec mon épouse, chez moi, dans ma maison avec jardin de l’avenue de Montpellier, à Rodez.

Dans quel état vivez-vous le confinement ?

Il faut savoir être fataliste tout en restant positif. Il y a une autre notion du temps. Ce qui est beau c’est de revenir à l’essentiel et s’apercevoir finalement qu’on n’a pas besoin de grand-chose. C’est une autre manière de vivre, de s’occuper, je regarde mes fleurs…

Qu’aviez-vous initialement prévu de faire si vous n’aviez pas été confiné ?

Tout est chamboulé dans le monde artistique. J’avais beaucoup de spectacles qui devaient se jouer au printemps avec l’école de théâtre, les lycéens de Foch et aussi avec les jeunes des ateliers de la MJC d’Onet. Le plus dur c’est de ne rien savoir mais je suis déterminé à ne pas gâcher mes spectacles d’une manière ou d’une autre. S’il le faut on débordera sur juillet. On va trouver une solution. Pourquoi pas un stage d’été ? On va s’organiser, je ne me laisse pas abattre. Il faut avancer au jour le jour et garder le moral, la pêche !

Quelles sont vos méthodes pour vous évader et comment occupez-vous vos journées ?

Je jardine, je fais du sport, je lis, c’est aussi le moment d’écrire. Il y a de quoi s’occuper ! Et puis même si les cours de théâtre, c’est trop compliqué à distance, je reste en contact avec mes élèves via tous les réseaux sociaux et je leur propose des défis comme notamment une improvisation sur le confinement. J’incite aussi mes élèves à dire des textes, qu’ils ont écrit ou pas, de 10 à 20 lignes. Il se passe des choses magnifiques !

Quelle chanson ou quel morceau de musique conseilleriez-vous pour mettre du baume au cœur des Aveyronnais en ce moment ?

Écouter de la musique permet de respirer : alors "Un homme heureux" de William Scheller.

Un film à conseiller ?

La très belle série "Breaking bad". C’est le moment aussi de lire des livres, notamment sur la solitude comme "Les Déferlantes" de Claudie Gallay.

Frigo plein ou file d’attente devant un point de ravitaillement ?

On n’a pas changé nos habitudes, on va faire les courses une à deux fois par semaine et on essaie de faire travailler nos producteurs.

Quelle est la première chose que vous ferez quand le confinement sera terminé ?

Je courrais à ma salle de théâtre, je retrouverai tous mes proches et j’embrasserai tous les gens que j’aime.

Propos recueillis par Marie-Christine Bessou
Voir les commentaires
L'immobilier à Aveyron

390 €

Appartement T2, au centre de Baraqueville, dans petite copropriété , en 3 è[...]

293 €

LOCATION APPARTEMENT MARCILLAC SANS FRAIS D AGENCE- Appartement rénové Entr[...]

138400 €

Idéalement situé dans le centre ville d'Entraygues à proximité de toutes le[...]

Toutes les annonces immobilières de Aveyron
Réagir