Du colza pour les véhicules Braley

Abonnés
  • Remplissage en carburant colza sur son camion de collecte de lait
    Remplissage en carburant colza sur son camion de collecte de lait
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Toujours à la pointe des énergies non ou peu polluantes, Christian Braley fait rouler une partie de sa flotte de camion à l’huile de colza. L’huile végétale carburant (HVC), notamment l’huile de colza carburant, également connue sous les noms d’huile végétale pure (HVP) ou huile végétale brute (HVB), peut être utilisée comme carburant pour certains moteurs diesel, inventée à l’origine pour ce type de carburant.

Cette huile extraite des graines de colza qui n’est pas cultivé pour l’être humain est une huile très pauvre en acides gras saturés et est facilement utilisable en tant que bio carburant.

Pour le chef d’entreprise, elle s’inscrit dans une production française ne dépendant pas ainsi des aléas des producteurs de l’Opep. Cette huile de colza peut être utilisée dans les moteurs des véhicules diesel de la norme Euro 1 à Euro 5 et être mélangée avec du gazole suivant les lieux d’approvisionnement. Il convient juste au départ changer le filtre à gazole. La protection de l’environnement est dans l’ADN de Christian Braley car l’utilisation de ce carburant permet de réduire de 60 % les émissions de CO2 et jusqu’à 80 % les émissions de particules fines et ultra-fines. Il est 2,5 fois moins polluant qu’une énergie fossile conventionnelle. Il faut 1 litre de carburant classique pour produire 3,7 litres d’Oléo 100, calcule le groupe Avril qui commercialise ce carburant : premier carburant français 100 % végétal, citant l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Une cuve avec distributeur a été mise en place sur la plate-forme de Bezonnes par le groupe Avril. La pompe est connectée directement au fournisseur qui gère la consommation à distance. D’origine paysanne, Christian Braley affirme que la production de ce colza est naturellement favorable aux sols et à la biodiversité grâce à son utilisation en rotation de culture, réduisant l’usage de pesticides et ne nécessitant pas d’irrigation. N’oubliant pas qu’à son début d’activité Christian ramassait le lait pour le roquefort de Gabriel Coulet et a tenu d’équiper en premier son camion de ramassage pour rouler à l’huile de colza.

Le chef d’entreprise précise également que la production d’hydrogène sur son site d’Onet-le-Château devrait être effective pour la fin de l’année, bien que déjà la distribution soit en place pour les véhicules à hydrogène qui ont la particularité de produire zéro émission de CO2.

"Même si cela est légèrement plus cher, au final cela va dans le bon sens pour la protection de la planète ", conclut M. Braley.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir