Le roquefort dans la chloroquine… Quel buzz !

  • Le roquefort dans la chloroquine… Quel buzz !
    Le roquefort dans la chloroquine… Quel buzz ! Reproduction Centre Presse / / Reproduction Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

En assurant que le pénicillium roqueforti entrait dans la préparation de la chloroquine, un Aveyronnais qui souhaitait avant tout faire parler du roquefort a affolé la toile.

Il y a quelques semaines de cela, une rumeur parcourait la Toile internet : le roquefort soignerait du coronavirus. Ce serait même la base de la potion du druide Raoult, dans la préparation de la chloroquine. Il aurait en effet travaillé avec du pénicillium roqueforti. Pénicillium, pénicilline… Bon sang, mais c’est bien sûr !

Et voilà comment en quelques clics, roquefort, de roi des fromages est passé au statut de remède contre le mal. Encore un peu et on l’annonçait vendu en pharmacie !

Et tout cela, soyons clairs, à l’insu du professeur Raoult et de la filière Roquefort, qui ne sont absolument pour rien dans la propagation de cette rumeur. Propagation foudroyante, au point que le quotidien Le Monde a envoyé un de ses plus fins limiers en mission pour retrouver la source de cette incroyable histoire et démêler le faux du vrai.

Plus efficace accompagné d’un verre de marcillac !

Le post Facebook de cet article de "médecine au naturel" vantant les vertus du roquefort avait alors été déjà partagé des milliers de fois. Accompagné de commentaires qui ont surtout fait rire… les Aveyronnais. Certains rajoutant, pour plus de crédibilité, qu’il fallait l’accompagner d’un verre de marcillac pour une meilleure efficacité !

Il n’en demeure pas moins que la rumeur est bien partie… de l’Aveyron.

Lundi, l’auteur de la "fake news", a en effet reconnu que l’information était bien évidemment fausse. Reste que son propos était suffisamment bien étayé et bien tourné, avec même un renvoi sur un blog avançant la proximité entre le pénicillium roqueforti, la penicilline et l’amoxiciline, pour envoûter toute une partie de la toile !

Un bon coup de pub

Cet Aveyronnais, qui ne voyait là qu’une occasion de faire un peu d’humour en ces temps compliqué n’imaginait toutefois pas que cela prenne de telles proportions. Jusqu’à obliger le service communication du professeur Raoult à souligner que le "professeur ne souhaitait pas prendre position sur ce sujet" (laissant planer le doute au passage) et à interpeller une directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et à l’université Paris-Saclay, spécialiste des champignons, pour expliquer "qu’aucun lien dans toute la littérature scientifique" ne pouvait témoigner de la proximité entre le pénicillium roqueforti et la chloroquine.

L’objectif de "promoteur du roquefort" était également de faire parler du roquefort et de cette filière qui façonne le département et qui est si précieuse pour l’économie aveyronnaise. Avec plus d’un million de vues en 24 heures à peine, c’est plutôt réussi.

Ce dernier en retire d’ailleurs quelques enseignements : qu’il faut véritablement se méfier de ce qui circule dans le net, "la viralité digitale pourrait être plus contagieuse et aussi dangereuse qu’une épidémie ", lance-t-il. Mais aussi, que le roquefort jouit d’une très belle image au regard du nombre de commentaires positifs qui ont suivi sa "fake news positive" comme il l’appelle.

Un dernier point qui peut apporter un peu de baume au cœur à une filière qui n’est pas épargnée par la crise actuelle. Reste que, si le roquefort ne guérit pas du Covid, une tartine de pain grillée avec une tranche de roquefort dessus ne fait certainement pas de mal.

Bien au contraire !

Philippe Routhe
Voir les commentaires
L'immobilier à Aveyron

149000 €

Maison de 145 m² habitables proposant de plain pied cuisine indépendante de[...]

419000 €

Dernier étage, appartement T5 en duplex de 143 m² entièrement rénové dans u[...]

299000 €

Au cœur de la réserve protégée de Pradinas (cerfs, daims, sangliers), à seu[...]

Toutes les annonces immobilières de Aveyron
Réagir