Déconfinement du 11 mai : les voyants seront-ils au vert pour l’Aveyron ?

Abonnés
  • L’Aveyron pourrait être en capacité de tester un millier de personnes  par jour d’ici le 11 mai, selon l’Agence Régionale de Santé.
    L’Aveyron pourrait être en capacité de tester un millier de personnes par jour d’ici le 11 mai, selon l’Agence Régionale de Santé. José A. Torres / José A. Torres
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé ce mardi 28 avril que le déconfinement, prévu le 11 mai, ne serait pas uniforme dans tout l’Hexagone. Comment se traduira-t-il dans le département ?

L’Aveyron s’affichera-t-il en vert ou en rouge avant le 11 mai ? Reviendra-t-il rapidement à un semblant de vie normale ou devra-t-il de nouveau s’armer de patience ? La question brûlait toutes les lèvres, hier, après l’allocution du Premier ministre, Édouard Philippe, à l’Assemblée nationale. Ce dernier a indiqué que le déconfinement ne serait pas uniforme dans le pays et que trois critères entreraient en compte pour chaque département…

Le premier d’entre eux concerne la circulation virale. Dans le département, comme dans le Sud-Ouest plus généralement, elle semble maîtrisée. L’Aveyron n’a jamais connu de cluster à proprement parler, ni même d’accélérateur épidémiologique à l’image de la réunion évangélique de Mulhouse… Selon les derniers chiffres du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Rodez, 325 cas de Covid-19 ont été dépistés dans le département depuis le début de la pandémie qui a coûté la vie à 54 personnes. "Le confinement est arrivé au bon moment ici", ont d’ailleurs souvent relevé les spécialistes, alors que l’inquiétude actuelle se porte sur les Ehpad touchés (Firmi, Clairvaux, Flagnac…). Ailleurs, le confinement a semble-t-il porté ses fruits. En effet, aucun cas suspect n’a été communiqué à l’antenne départementale de l’Agence régionale de santé ces dernières vingt-quatre heures. Une première pour l’Aveyron.

Des capacités hospitalières trop faibles ?

Deuxième critère précisé par le gouvernement, les capacités hospitalières de chaque département. Et sur ce point-là, l’optimisme laisse la place au doute. Car, territoire rural, l’Aveyron s’appuie aujourd’hui exclusivement sur le centre hospitalier Jacques-Puel, seul en capacité de prendre en charge les cas confirmés nécessitant une hospitalisation. Si ces derniers jours, les chiffres d’hospitalisations ne cessent de décroître, l’établissement a fixé sa capacité maximale à 19 lits de réanimation. Au plus fort de la vague, les 3 et 4 avril, il a accueilli jusqu’à 11 personnes en même temps dans ce service… S’il n’a jamais atteint, ni même frôlé le niveau de saturation, l’hôpital de Rodez pourrait-il faire face à une deuxième vague, qui plus est violente ?

Une récente carte non officielle prédisant un déconfinement régionalisé avait présenté l’Aveyron en rouge en raison, entre autres, de ses capacités d’accueil hospitalières jugées trop faibles.

Un dépistage massif ?

Autre et dernier critère présenté par Édouard Philippe, celui de la capacité des tests des territoires. Le Premier ministre l’a dit et répété, il souhaite voir la population testée "en masse" après le 11 mai, comme préconisé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au début de la pandémie… Jusqu’alors, l’Aveyron réservait ses 140 tests quotidiens, réalisés par le laboratoire privé LxBIO, aux personnes dites prioritaires : présentant plusieurs symptômes du virus SARS-CoV-2, immunodéprimées, résidents d’Ehpad, personnel soignant… Pourra-t-il étendre ces capacités à la population d’ici deux semaines ? "Oui, nous sommes sur la bonne voie", selon le délégué territorial de l’ARS, Benjamin Arnal. Effectivement, comme déjà évoqué, le laboratoire départemental, "Aveyron labo", pourrait entrer dans la danse d’ici la fin de semaine et étendre les capacités globales à un millier de tests par jour. "On pourra même aller jusqu’à 3 000", confiait hier le président du conseil départemental, Jean-François Galliard. Quant à l’organisation précise de ces tests, l’ARS se voulait une nouvelle fois confiante pour l’Aveyron.

Cela permettra-t-il au département de s’afficher en vert ? Un premier élément de réponse devrait être donné ce jeudi avec la publication de la première carte par le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Et avant le couperet prévu le 7 mai.

Quant à connaître la signification d’un déconfinement plus ou moins strict, le flou règne encore…

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

439 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE- Ravissant 2 pièces avec jar[...]

266 €

SECTEUR I.U.T : Appartement de type T1 bis composée d'une pièce principale [...]

230 €

APPARTEMENT COMPOSE D'UNE PIÈCE UNIQUE AVEC PETIT PLACARD DE RANGEMENT ET U[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir