2,2 milliards d’euros de Prêts garantis par l’État en Occitanie

  • Alain Condaminas, directeur général et Catherine Mallet, présidente de la Banque populaire Occitane.
    Alain Condaminas, directeur général et Catherine Mallet, présidente de la Banque populaire Occitane. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Les responsables de la Banque populaire Occitane ont évoqué la situation économique de la région et les perspectives sont "inquiétantes".

Alain Condaminas, directeur général de la Banque Populaire Occitane, et Catherine Mallet, présidente, ont tenu, malgré les contraintes évidentes, à présenter le bilan de l’année écoulée. Mais ce point a surtout été l’occasion d’évoquer les mesures d’accompagnement mises en place depuis le début de la crise sanitaire mais également, de se projeter sur les semaines, les mois à venir.

Un premier indicateur de la tendance actuelle : 26 351 échéances de crédit, pour 207 millions d’euros, ont été reportées pour six mois, uniquement pour les clients de la BPO. Autre indicateur, les Prêts garantis par l’état (PGE). La Banque populaire Occitane étudie plus de 5 000 prêts, pour une enveloppe de 608 millions d’euros. Ainsi, 3 800 prêts ont déjà été accordés pour une enveloppe de 426 millions d’euros et 1 400 dossiers sont en cours d’instruction pour un montant de 182 millions. L’Aveyron représente 8,2 % de ces demandes. Selon la Banque de France, en début de semaine 17 500 PGE avaient été accordés en Occitanie pour un montant de 2,2 milliards d’euros. Ce montant, correspondant, selon les réseaux, à la production de crédits habituellement réalisée en 6 ou 12 mois.

Les secteurs les plus concernés par ces prêts restent la restauration et l’hôtellerie (11 %), la construction (17,6 %) et les autres commerces touchés par les mesures sanitaires. "L’agriculture ne s’est pas encore tournée vers ce type de prêts, explique Alain Condaminas. Mais cela devrait arriver dans les semaines à venir, dans différents secteurs."

"Seulement, nous finançons des entreprises qui actuellement ne travaillent pas, rajoute le directeur de la Banque populaire Occitane. Et beaucoup d’entre elles vont avoir un problème pour rembourser. Il risque d’y avoir de nombreux dépôts de bilan. La récession est là, et la situation est inquiétante."

Philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

262 €

Tour de ville de RODEZ venez découvrir ce beau studio entièrement refait à [...]

487 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- Charmant 3 pièces situé en [...]

791 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCET4 Grande entrée, cuisine av[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir