Les projets se concrétisent

  • Christian Bernad, à gauche, aux côtés de M. Faure et J. François- Poncet, en 1990.
    Christian Bernad, à gauche, aux côtés de M. Faure et J. François- Poncet, en 1990.
  • Vue du Lot depuis le château de Gironde.
    Vue du Lot depuis le château de Gironde.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L’aménagement de la Vallée aura duré 50 ans durant lesquelles plusieurs grandes lignes ont été déclinées.

Fin des années 1960, la vallée du Lot s’éveille aux idées d’un groupe de jeunes éclectiques issus du Bassin decazevillois qui constitue l’Association pour l’aménagement de la vallée du Lot.

Le projet n’est pas simple car pour faire sortir la rivière de son marasme, il faut la gérer sur toute sa longueur, de sa source à sa jetée dans la Garonne. C’est-à-dire proposer un fil conducteur commun qui ne trouverait sa propre logique qu’en englobant tout le bassin-versant, mais aussi en tenant compte des spécificités de chaque territoire.

Les grandes lignes se déclinent en quatre points : rendre l’eau claire, tirer le meilleur parti des atouts du Lot, préserver l’agrément de vie de la vallée, développer son offre économique et touristique.

"La propagation rapide de nos idées nous enthousiasme, démontrant qu’il y avait au fond du cœur des Oltusiens (riverains), une force latente et une grande affection pour leur rivière", se remémore Christian Bernad, l’un des piliers de l’association.

Élus locaux, régionaux et nationaux prennent le problème à bras-le-corps, la sensibilisation fonctionne, ils sont convaincus du bien-fondé d’une telle entreprise bien qu’elle soit complexe. Études et diagnostics façonnent les contours du projet. Est créée une Entente, un établissement public regroupant les conseils généraux des cinq départements concernés (Lozère, Cantal, Aveyron, Lol, Lot-et-Garonne). Des enveloppes budgétaires seront allouées. Suivront EDF, l’agence de l’eau Adour-Garonne, puis les acteurs de la pêche et d’autres institutions. Ainsi naquit l’opération "Eau claire" lors du conseil interministériel du 13 octobre 1970, présidé par Georges Pompidou.

Des objectifs à atteindre

Voici les premiers objectifs à atteindre : équiper les villes et les villages de station d’épuration (il n’y en avait aucune), lutter contre les pollutions industrielles, faire disparaître les dépôts d’ordures sur les berges (565 avait été répertoriés), arrêter les extractions gravières, améliorer le cadre de vie.

Les vannes sont ouvertes, tout le monde se met à l’ouvrage, chacun avec ses capacités et compétences.

Didier Latapie
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

318000 €

SECTEUR DECAZEVILLE - Local Commercial 380 m² et entrepôt 200 m² sur un ter[...]

44000 €

VENDS TERRAIN A DECAZEVILLE D'UNE SUPERFICIE D ENVIRON 2300M2 VUE DÉGAGÉE A[...]

101650 €

DECAZEVILLE - Immeuble d'habitation avec 2 appartements duplex de 65 m², pr[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir