Coeur de soignant : Christine Corail salue "celles et ceux qui s’investissent"

  • Christine Corail (à droite) et Sylvie Vezy récoltent tous les jours les dons pour les soignants.
    Christine Corail (à droite) et Sylvie Vezy récoltent tous les jours les dons pour les soignants. Repro CP / / Repro CP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Au début du confinement, une chaîne de solidarité est née. Le groupe Cœur de soignant 12 œuvre tous les jours pour aider les soignants. Un engagement extraordinaire.

Voilà sept semaines que Christine Corail a lancé son projet : apporter un soutien quotidien aux soignants aveyronnais. Le groupe Cœur de soignant 12 rassemble aujourd’hui plus de 3 400 personnes. Au fil des jours et des semaines, la chaîne de solidarité s’est agrandie. "L’engagement au profit du personnel soignant n’a cessé de s’amplifier et de se renforcer", salue Christine.

Un nouveau défi

Les tournées de Cœur de soignant 12 continuent. Beaucoup donnent et donnent de nouveau. Et depuis quelques jours, le groupe s’est associé à Station A et à des couturières pour confectionner bénévolement des surblouses. "Le travail effectué par les couturières est exceptionnel. Elles font entre 35 et 40 surblouses par jour", souligne-t-elle. Les besoins matériels sont grands dans les établissements médicaux. Et les membres de Cœur de soignant 12 ont su montrer ces dernières semaines que lorsqu’il y avait un besoin, ils étaient réactifs.

Une large reconnaissance

Particuliers, professionnels et même anonymes ont donné d’eux. Chacun à son échelle, chacun avec ses ressources. "Tous les domaines ont été et sont acteurs de cette solidarité : bouchers, industriels, restaurateurs, couturières, laitiers, chocolatiers… C’est extraordinaire !", s’exclame l’infirmière.

Tous ces dons, de tailles et de natures différentes, contribuent à apporter un réel réconfort au personnel soignant. "Des personnes en larmes nous ont reçus", se rappelle Christine. Que ce soit du matériel ou de la nourriture, ces gestes sont l’expression de la reconnaissance de chacun.

"Je n’ai pas de mot pour décrire toute la gratitude que j’ai pour eux. Merci à celles et ceux qui s’investissent", confie Christine. Cet élan de solidarité fait honneur au travail des soignants. "C’est une manière de leur dire que nous pensons à eux et que nous les remercions. Pour qu’ils se sentent renforcés de la manière la plus humaine possible", ajoute-t-elle.

Margot Pougenq
Voir les commentaires
Réagir