Maison de santé, la téléconsultation pour faciliter l’accès aux soins

  • De gauche à droite, Mmes Bellières, Szymanski, Troïanowski,  et Lavie-Condemines.
    De gauche à droite, Mmes Bellières, Szymanski, Troïanowski, et Lavie-Condemines.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

A la Maison de Santé qui va bientôt souffler sa première bougie, les professionnels de santé et en particulier le Dr Dominique Lavie-Condemines, le Dr Héloïse Troïanowski, la sage-femme Sandrine Szymanski et l’assistante médicale Hélène Belières, ont réfléchi au dispositif des téléconsultations. Mais ce qui n’était qu’une réflexion, est apparu comme une évidence, dans cette période Covid19, pour des patients potentiellement concernés et pour ceux qui pourraient par peur, renoncer à consulter.

"Il fallait le faire. D’autant que du fait de la pandémie, la condition d’avoir vu le patient au moins une fois dans les 12 mois précédant la téléconsultation, a été levée. Cela nous a permis de ne pas faire venir à la Maison de santé des personnes qui avaient une suspicion de Covid, mais aussi de continuer à suivre les patients atteints de maladies chroniques" explique le docteur Lavie-Condemines. "Pour les premiers, on assure ainsi le suivi, c’est plus facile surtout s’ils sont fatigués et si cela ne s’avère plus adapté, on repasse en consultation normale". C’est un peu différent pour la sage-femme qui, jusqu’à cette pandémie n’était pas autorisée à faire des téléconsultations "Maintenant cela est possible, je n’ai pas encore beaucoup de recul, car peu de patientes concernées, mais je l’ai élargi à toutes celles qui avaient besoin d’être rassurées, en prenant de leurs nouvelles et en donnant des conseils à distance (allaitement, préparation à la naissance…)".

Le principe est simple, on peut prendre rendez-vous en ligne ou par téléphone "Si la personne ne veut ou ne peut pas se déplacer et que tout va bien, je propose alors la téléconsultation" explique Sandrine Bélières.

Une fois le principe de la téléconsultation acceptée, la personne reçoit un SMS ou un mail confirmant le rendez-vous et 15 minutes avant le rendez-vous, elle reçoit un lien pour entrer en salle d’attente virtuelle et le médecin est prévenu. Une fois la consultation terminée, ordonnance, examens complémentaires, arrêt de travail et autres consignes de surveillance sont transmis par messagerie sécurisée. Et même si tout n’est pas faisable par téléconsultation, toutes les quatre en sont désormais certaines, l’expérience se poursuivra au-delà de l’épisode épidémique.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

480 €

Résidence Puccini, appartement T2, entièrement meublé, d'une surface de 49 [...]

7500 €

parking dans copropriété sécurisée au Balquiere. Cet emplacement de parking[...]

480 €

Situé dans le quartier de la Baleine, appartement de type 3 composé d'une p[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir