Auto-écoles : la priorité sanitaire, code de bonne conduite

  • Séance de nettoyage du véhicule tous azimuts pour Adeline. Et Clara pourra prendre le volant.
    Séance de nettoyage du véhicule tous azimuts pour Adeline. Et Clara pourra prendre le volant. C.C. / C.C.
  • Séance de nettoyage du véhicule tous azimuts pour Adeline. Et Clara pourra prendre le volant.
    Séance de nettoyage du véhicule tous azimuts pour Adeline. Et Clara pourra prendre le volant. C.C. / C.C.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Un protocole très strict est imposé aux auto-écoles qui ont rouvert leurs portes lundi. Mais c’est à ce prix que l’apprentissage de la conduite peut être assuré jusqu’à l’examen final… soumis à des délais à rallonge.

Les auto-écoles elles aussi reviennent aux affaires après avoir, depuis le 15 mars, remisé leurs véhicules au garage et prié leurs moniteurs de rejoindre les bénéficiaires du chômage partiel.

Masques et désinfection

Alors que le commun des citoyens était invité à se plier à la règle interdisant le transport de passagers, difficile pour ces professionnels de l’apprentissage à la conduite d’accueillir des élèves.

Les choses rentrent donc dans l’ordre désormais, conditionnées par un strict respect des règles sanitaires : désinfection entre chaque accueil d’élève, du tableau de bord aux portes, en passant par le volant, le levier de vitesse, les ceintures de sécurité, les sièges… Tout ce que les jeunes en apprentissage sont susceptibles de toucher dans le véhicule. Seul le moteur et les roues échappent à la toilette…

Qui plus est, moniteur et élève doivent se laver les mains au gel hydroalcoolique avant d’entrer ou de sortir du véhicule et être masqués. "On fait des pauses plus fréquentes car conduire avec un masque est stressant pour l’élève qui peut se laisser distraire", ajoute Adeline, monitrice chez William’s, qui aère la voiture entre deux passages à bord…

Contrainte et perte de temps

"Et encore on a échappé à la séparation en plexiglas entre l’élève et le moniteur : on courait à la catastrophe en matière de sécurité routière ! Les services de l’État en ont pris conscience, lance William Lemaitre, gérant des 16 agences William’s sur quatre départements. Tout est très contraignant, mais si tous les gestes sont respectés, ce n’est finalement pas plus compliqué que les transports en île de France…"

Ses 44 collaborateurs ont donc rappelé ces jours derniers quelque 700 élèves pour leur fixer un rendez-vous. "Le planning était plein au 15 mars, nous n’avons pas pris d’inscription pendant le confinement, et le planning est donc, à peu de chose près, resté plein pour cette reprise", reprend William Lemaitre qui assure que la perte de temps liée au nettoyage des véhicules entre chaque cours, "représente une ou deux places en moins par jour". Ce qui, nécessairement, allonge les délais. L’embouteillage se profile d’ailleurs pour les examens : pas avant mi-juin pour les candidats au permis…

Code, conduite… Les listes d’attente rallongent

Les sept semaines de confinement ont un peu mis à mal la mécanique bien huilée des auto-écoles. "On ne travaille que sur rendez-vous, les élèves sont invités à se signaler sur internet, indique William Lemaitre. Pour l’examen du code, nous ne craignons pas de pénurie de place puisque celles-ci sont gérées par des opérateurs privés. En revanche un souci existe pour l’examen pratique. Les syndicats d’inspecteurs demandent légitimement des garanties concernant l’aspect sanitaire. Et les listes d’attente se rallongent. Cela dit, la Direction des Territoires nous a informés que des examens supplémentaires auraient lieu le samedi sur base du volontariat, ce qui est une bonne nouvelle".

Comment faire ? Présenter au permis ceux qui en ont le plus besoin. "Notamment ceux dont le permis est indispensable pour travailler. Ils seront prioritaires, prévient William Lemaitre. Quant aux élèves qui n’ont pas encore 18 ans, ils ne pourront conduire qu’à leur majorité. Ils restent donc en stand-by. On s’adapte à chaque situation, il nous faut être les plus logiques et cohérents possibles."

Christophe Cathala
Voir les commentaires (2)
L'immobilier à Rodez

332000 €

Dans votre agence Stéphane Plaza Immobilier Rodez ! Rodez Coup de coeur p[...]

320 €

Rodez, rue Saint Cyrice. A louer, appartement lumineux et entierement renov[...]

640 €

A louer T2 meublé, avenue victor Hugo à Rodez. Situé au 2ème étage d'une pe[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Les commentaires (2)
Anonyme15938 Il y a 22 jours Le 13/05/2020 à 15:24

Bonjour,
À cet heure aucun protocole n'est imposé.
Libre à chacun de faire ce qu'il pense.
Aucune assurance qu'il ny ait pas de risque en leçon.
Espace confiné pendant 2h intervention sûr les mêmes surfaces contacts, masques plus ou moins aux normes et surtout moniteur ou élèves peut-être contagieux.....
Et on nous dit qu'il est plus dangereux d'aller dans un bar à bonne distance ????
On dit le masque ne suffit pas ?? Sauf pour les auto école........
C'est très risqué, mais comme l'amiante à une certaine époque, il faut faire rentrer des sous QUOI QU'IL EN COÛTE.

Anonyme15929 Il y a 23 jours Le 12/05/2020 à 15:00

Votre article est erroné, étant moi-même gérant d'une auto-école, je peux vous assurer qu'on a toujours une fermeture administrative de l'état. En effet, dans le décret 2020-548 publié au journal officiel le 11 mai 2020 (qui a été fait dans l'urgence suite au énième couac du gouvernement