Voyages, investissement immobilier : 40% des Français renoncent à leurs projets à cause de la crise du Covid-19

  • Parmi les personnes interrogées qui avaient prévu de mener un projet en 2020, 56% comptent s'y tenir, avec ou sans retard.
    Parmi les personnes interrogées qui avaient prévu de mener un projet en 2020, 56% comptent s'y tenir, avec ou sans retard. skynesher / IStock.com / skynesher / IStock.com
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(Relaxnews) - Comment les Français gèrent leurs projets personnels pendant l'épidémie en comparaison des Anglais et des Allemands ? C'est l'objet d'un sondage réalisé par Happydemics auprès d'habitants de ces trois pays d'Europe. Si les réponses montrent que la crise sanitaire contrarie les projets d'achat de véhicule ou les investissements immobiliers, elle semble en revanche avoir moins d'impact sur le souhait de fonder une famille. 

Déménagement, voyages, investissements immobiliers... Le moins que l'on puisse dire c'est que la grave crise sanitaire et économique liée au Covid-19 a bouleversé notre quotidien. Quel impact sur les projets de vie de moyenne à grande envergure ? Une étude réalisée auprès de citoyens français, anglais et allemands par la société d'études marketing Happydemics fournit un aperçu. 

Réalisée auprès de 1.242 Allemands, 1.066 Français et 1.117 Anglais, cette enquête s'est basée sur quatre critères précis : l'achat d'un véhicule, la volonté de réaliser un investissement immobilier, la planification de voyages et le désir de fonder une famille. 

Selon le sondage, près de la majorité des répondants (48%) avait prévu de réaliser un projet en 2020, notamment un investissement immobilier ou l'achat d'une voiture ou d'une moto pour les Français (10%). Les voyages arrivent en tête des projets, avec 28% chez les Anglais et 26% chez les Français. Le désir de fonder une famille figure en dernière position avec 7% chez les Anglais et les Allemands, et un peu moins chez les Français. 

Parmi ceux et celles qui avaient prévu de mener un projet cette année, 56% comptent s'y tenir, avec ou sans retard. Cela signifie du même coup que 44% des sondés préfèrent y renoncer, en particulier les Anglais (51% contre 40% en France et en Allemagne).

Les projets les plus remis en question sont sans surprise les investissements et les voyages longue distance, respectivement envisagés avec au moins 3 mois de retard chez 26% et 22% des sondés. En revanche, le souhait de fonder une famille est maintenu à 45% tous pays confondus et même "plus tôt que prévu" pour 22% des répondants. 

L'une des autres grandes questions soulevées par la crise sanitaire que nous traversons porte sur nos habitudes de consommation. Vivre confinés nous a-t-il ouvert les yeux et incité à consommer moins qu'avant et mieux ?

Si l'on se fie à cette enquête, ce ne sera pas le cas pour tout le monde : 49% des personnes interrogées ont en effet prévu de reprendre leurs habitudes de consommation moins d'un mois après l'annonce du déconfinement. C'est particulièrement le cas pour les Allemands : seuls 8% d'entre eux émettent des doutes quant à une reprise de consommation "comme avant", contre 18% d'Anglais et 17% de Français.

Parmi les arguments en faveur d'une consommation "raisonnée", 30% des répondants se disent sceptiques sur les mesures de déconfinement, tandis que 29% déclarent tout simplement avoir "moins envie/besoin de consommer" qu'auparavant.

Réponses collectées entre le 10 et le 16 avril 2020. Les données de chaque pays ont été redressées afin que l'échantillon corresponde à la répartition des populations interrogées.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir