Aveyron : la Poste CGT reproche un non-respect de l’accord sur les 35 h

  • Centre Presse / José A. Torres / Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Après avoir adopté une activité réduite durant la période de confinement (trois puis quatre jours de tournée hebdomadaires), La Poste a repris un rythme de six jours de distribution de courrier par semaine depuis le 11 mai. Mais il ne s’agit pas encore d’un fonctionnement habituel, car « il y a beaucoup moins de lettres à distribuer, puisque l’activité économique est au ralenti », explique la direction départementale de La Poste.
Ainsi, une nouvelle organisation du travail a été prévue les samedis, avec « 25 % des effectifs, pour assurer la distribution de la presse, des colis et recommandés et la réalisation des services de proximité », précise la direction.
Cette nouvelle organisation est dénoncée par la CGT. Dans un communiqué, Laurence Cahors, secrétaire départementale CGT FAPT, accuse l’entreprise « de ne pas respecter les accords locaux portant sur les 35 heures. Elle profite de la pandémie, pour demander à l’ensemble des facteurs de changer leur durée de travail journalière, leurs repos, accepter polyvalence et flexibilité. » L’organisation syndicale assure avoir saisi la Direccte (direction du travail) « pour que les accords 35 heures soient respectés ».
Toujours selon la CGT, ce dispositif provoquerait « une inégalité de services sur le territoire ». Par ailleurs, le syndicat reproche à La Poste d’utiliser cette organisation pour « supprimer des dizaines d’emplois CDD et intérim et par là même des emplois pérennes ».
« Concernant la force de travail variable, dans un contexte de baisse des volumes de courrier à traiter, La Poste adaptera son organisation en fonction de la reprise économique et du volume d’activité », répond la direction départementale. Qui avance aussi avoir fait le choix depuis le début de la crise de « garantir la sécurité de ses collaborateurs et maintenir 100 % de leur rémunération malgré un temps de travail la plupart du temps réduit et quelle que soit la situation de l’agent (en télétravail, en garde d’enfants, éloigné du service, etc.) ».
 

G. V.
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir