Zoom sur la réouverture des centres de PMA

  • Zoom sur la réouverture des centres de PMA
    Zoom sur la réouverture des centres de PMA
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Après un arrêt de l’activité dans les centres de PMA depuis la mi-mars, l’Agence de la Biomédecine donne son feu vert pour une reprise encadrée de ces actes. Les ARS devront décidées de cette organisation, en fonction de la circulation du Covid-19 dans chaque région.

L’Agence de la Biomédecine vient de publier ses recommandations* pour la réouverture encadrée des centres de PMA, fermés depuis la mi-mars afin d’éliminer toute prise de risque liée au Covid-19.

L’arrêt de ces activités constituait une perte de chance, voire une double peine, pour les couples confrontés à l’infertilité et au report des tentatives de procréation. Les grossesses naturelles n’ont en effet pas été mises sur pause avec la propagation du Covid-19 en France.

Une reprise progressive et priorisée

Cette reprise de l’activité doit être " progressive, évolutive, répondre à des critères de sécurité sanitaire stricts", et se réaliser en respectant "les gestes barrières et mesures de distanciation sociale".

Certaines situations sont considérées comme prioritaires :

  • Les préservations de la fertilité urgentes, pour les femmes ou les hommes "ayant un cancer dont le traitement est toxique pour la fertilité" ;
  • "La diminution ou l’annulation des chances de procréation" en cas d’allongement du délai de prise en charge, lié par exemple à "un âge avancé ou à une diminution de la réserve ovarienne" ;
  • "L’annulation d’une tentative en cours de stimulation en mars 2020, à l’arrêt des activités d’AMP du fait de l’épidémie."

Enfin des reports de prise en charge sont prévus pour les femmes présentant certains facteurs de risque pouvant aggraver leur état de santé en cas de contamination par le Covid-19. C’est le cas des "pathologies chroniques respiratoires, des AVC, du diabète, d’un surpoids".

Dans tous les cas, il est conseillé aux couples de bien rester en contact avec l’équipe de soignants pour évoquer chaque situation au cas par cas.

Une bonne nouvelle donc. Reste que ces décisions de reprises d’activités seront appliquées localement. "Les agences régionales de santé (ARS) seront chargées d’autoriser ou non la reprise des activités médicales dans les établissements de santé, selon les conditions locales et régionales de circulation du virus", confirme l’Agence de la Biomédecine.

Etant donné le contexte incertain d’évolution de la pandémie, ces recommandations sont susceptibles d’évoluer vers une suspension des parcours et/ou une nouvelle interruption des activités d’un centre de PMA. Ce peut être le cas si l’un des proches du couple est suspecté de contamination par le Covid-19, si le personnel d’un centre de PMA se retrouve touché par ce coronavirus, ou encore si la seconde vague prendrait de l’ampleur. Enfin, "la prise en charge de tout(e)s les patient(e)s pourrait être reconsidérée si un risque pour la santé de la femme, de l’homme ou du fœtus était identifié en lien avec la Covid".

*après des discussions rassemblant les sociétés savantes, des experts, une association de patients, ainsi que des représentants du ministère des solidarités et de la santé et des agences régionales de santé

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir