L’Etat réaffirme son engagement pour la ligne Rodez-Paris

  • Les avions de la compagnie Amelia sont toujours cloués au sol.
    Les avions de la compagnie Amelia sont toujours cloués au sol. jat / jat
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Dans l'après-midi de ce dimanche 17 mai, le président du Département et également président du syndicat mixte de l’aéroport, Jean-François Galliard se félicitait du nouvel engagement de l’état, pour une durée d’au moins deux ans, dans le financement du déficit de la ligne aérienne Rodez-Paris exploitée par la compagnie Amelia. Un engagement qui se monte à 55 % alors que l’engagement du syndicat mixte est de 45 %.

"C’est une nouvelle essentielle qui va permettre de se pencher avec plus d’éléments sur le fonctionnement de cette ligne", explique Jean-François Galliard.

De son côté, le député Stéphane Mazars qui s’était mis en rapport avec le secrétaire d’État chargé des transports, Jean-Baptiste Djebbari, a reçu une réponse tout aussi importante dans un courrier qui lui a été adressé. En substance, Jean-Baptiste Djebbari souligne : "Cette ligne est en effet la clé dans le projet de désenclavement du département de l’Aveyron." "Il s’agit d’un engagement fort de l’état", affirme Stéphane Mazars.

Vers une réouverture de la ligne en juillet ?

Pour l’heure, les avions de la compagnie Amelia sont toujours cloués au sol et l’activité de l’aéroport de Rodez-Aveyron est toujours à l’arrêt. En réponses aux interrogations du député de la 1re circonscription, le secrétaire d’État aux transports explique : "Elle (la ligne Rodez-Paris, NDLR) devrait pouvoir rouvrir à partir de la deuxième vague de déconfinement, en cohérence avec un regain de la demande."

Et à la question d’envisager un repli temporaire vers Roissy-Charles-de-Gaulles, Orly étant toujours fermé, Jean-Baptiste Djebbari n’exclut pas cette possibilité et "l’état pourra y apporter un soutien bienveillant".

Jean-François Galliard précise "que les modalités de reprise de l’activité n’ont pas été encore fixées". "Mais nous espérons pouvoir reprendre les premiers vols, avec très certainement une capacité réduite, à partir du début de mois de juillet, une augmentation des rotations dès septembre et un retour à la normale d’ici la fin de l’année", rajoute le président du syndicat mixte.

Par ailleurs suite aux conséquences économiques engendrées par la pandémie du Covid – 19, " il est encore trop tôt pour chiffrer le montant des pertes d’exploitation mais cela aura forcément des répercussions financières sur lesquelles nous devrons nous pencher le moment venu", conclut Jean-François Galliard.

Philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

225 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE- Petit appartement une pièce[...]

640 €

A louer T2 meublé, avenue victor Hugo à Rodez. Situé au 2ème étage d'une pe[...]

753 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Hall d'entrée avec placard, [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir