Football : la capitaine de Rodez Anna Banuta s'en va

  • Anna Banuta, c'est plus de 130 matches avec les Rafettes depuis 2013.
    Anna Banuta, c'est plus de 130 matches avec les Rafettes depuis 2013. Centre Presse / José A. Torres / Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

La joueuse de 28 ans l'a annoncé sur les réseaux sociaux. Elle quitte le Rodez Aveyron football (D2) pour " relever un nouveau challenge " dans un club qu'elle tient pour l'heure secret, mais où un contrat professionnel l'attend, ce qui n'était pas le cas en Aveyron. 

2013 - 2020. Banuta et Rodez, c'est fini. La Franco-Roumaine y aura ainsi passé sept saisons durant lesquelles elle aura pris part à 136 matches officiels, de D1, D2 et Coupe de France.  Occupant tour à tour des postes en défense, au milieu de terrain et en attaque, au point d'ailleurs d'avoir inscrit durant la saison qui vient de s'achever (brutalement) 12 buts en 16 matches.

Capitaine de l'équipe, c'est à n'en pas douter un coup dur pour le club. " Après sept ans durant lesquels j'ai tout donné pour l'équipe, pour le club, j'ai décidé qu'il était temps de voir autre chose, a-t-elle confié à Centre Presse. Toutes ces années ruthénoises m'ont tant apportée, mais il était temps pour moi d'aller voir comment cela se passe ailleurs, j'avais besoin de relever un nouveau challenge, de renouveau."  Une rupture consommée sans fracas, toujours selon elle. " Ça s'est très bien passé. Le coach (Mathieu Rufié, NDLR) voulait que je reste... Mais tout le monde reste pour autant content pour moi."

Car la joueuse, passée aussi par le TFC ou l'ASSE, va trouver dans son prochain club une vie dédiée exclusivement au foot. Exit un emploi "à côté", comme à Rodez où elle officiait au SMICA dans le domaine informatique. " Je vais vivre du football", explicite-t-elle. J'avais envie d'essayer cette aventure avant d'arrêter le foot. J'ai déjà 28 ans et, comme on dit, il ne me reste pas dix ans devant moi".

En revanche, impossible de savoir où la pétillante joueuse va atterrir. " Je ne peux pas le dire pour l'instant. Ça devrait aller vite", sourit-elle. Quoi qu’il en soit, elle se dit " marquée à vie" par son passage dans l'Aveyron, elle qui était une cadre, sur et en dehors des terrains.

Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir