Soutenir au plus vite le tourisme, pilier de l’économie aveyronnaise

Abonnés
  • Le tourisme génère 360 M€ de retombées en Aveyron.
    Le tourisme génère 360 M€ de retombées en Aveyron. Centre Presse - José A. Torres
Publié le , mis à jour

L’État fourbit ses armes pour aider le tourisme à surmonter un été plus qu’incertain. Et en Aveyron, se veut "réactif et rassurant pour ne laisser personne au bord du chemin".

Édouard Philippe l’a annoncé le 14 mai : 18 milliards d’euros vont être consacrés au soutien de l’économie touristique dans le pays le plus visité au monde. Des mesures qui se déclinent bien évidemment au sein du département, "première destination de campagne dans l’Occitanie, autant dire qu’il y a devant nous une opportunité stratégique à saisir, celle de retourner la crise à notre avantage, en fidélisant notamment cet été la clientèle française", avance la préfète de l’Aveyron, Catherine de la Robertie.

Il en va donc du soutien à un secteur de tout premier plan en Aveyron, "terre d’histoire, de patrimoine et de culture, avec des sites à forte notoriété et une nature préservée propice aux activités, avec des structures mêmes modestes, génératrices de richesses", poursuit la représentante de l’État.

Certes, mais si les restaurateurs en particulier, pierre angulaire du tourisme, n’ont toujours pas de vision claire des protocoles sanitaires qu’ils devront mettre en œuvre à compter du 2 juin, la situation de l’hôtellerie de plein air est carrément dans le brouillard quant à ses possibilités de reprise d’activités (lire par ailleurs).

Fonds de solidarité, charges exonérées, chômage partiel étendu

Dans un contexte particulièrement complexe, l’État a déployé pourtant les grands moyens pour sauver toute une filière du désastre. Au nombre des mesures qui ont été actées : le fonds de solidarité qui restera ouvert pour les entreprises du secteur hôtellerie-restauration tourisme jusqu’à la fin de l’année 2020.

Son accès est élargi à des entreprises de plus grande taille (jusqu’à 20 salariés, 2 millions d’euros de chiffre d’affaires) et l’aide qui sera versée pourra aller jusqu’à 10 000 euros ; un "Prêt garanti État Saison" sera mis en place avec un plafond pouvant atteindre le chiffre d’affaires des trois meilleurs mois de l’année précédente, c’est-à-dire 2019 ; et une enveloppe des "prêts Tourisme" de Bpifrance sera portée de 250 millions à 1 milliard d’euros. On retiendra également que les banques se sont engagées à proposer aux PME du secteur un report des mensualités de tous leurs prêts sur 12 mois et non plus simplement sur 6 mois ; les cotisations sociales patronales dues entre mars et juin seront exonérées pour les entreprises du secteur, l’exonération étant prolongée tant que la fermeture durera et un crédit de cotisations de 20 % des salaires versés depuis février sera accordé pour accompagner la reprise d’activité. "Au total ces allègements représentent plus de 2 milliards d’euros d’aide directe", souligne la préfète de l’Aveyron qui indique par ailleurs que "les entreprises du secteur pourront continuer de recourir au chômage partiel et au moins jusqu’à la fin du mois de septembre 2020. Le dispositif restera ouvert au-delà si les activités reprennent trop lentement".

S’y ajoute, à valider dans la prochaine loi de finances rectificative l’allégement de la taxe de séjour et de la taxe foncière perçues par les collectivités, mais soutenu par un financement à 50 % de l’État.

"Réactif et sécurisant"

Difficile de chiffrer en amont l’engagement financier consacré à l’Aveyron à travers ce plan en faveur du tourisme, auquel ont répondu avec soulagement les professionnels aveyronnais, selon la préfète qui les a réunis mercredi dernier pour leur en faire le détail : "Nous sommes réactifs, cela les sécurise".

Reste qu’ici ou là ce dispositif de relance, au niveau national, ne peut seul suffire. C’est le retour de la clientèle qui demeure encore et toujours le nerf de la guerre.

En chiffres

360 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel pour le tourisme aveyronnais (+ 2,1 % entre 2018 et 2019).

3 % des effectifs salariés dans le département (2 300) pour tout le secteur.

6 % des entreprises aveyronnaises (1 700).

25 % de l’hôtellerie de plein air dans l’ancienne région Midi-Pyrénées.

4 500 prestataires associés à la filière.

11 millions de nuitées annuelles.

10,5 % de ces nuitées sont assurées par la clientèle étrangère, dont un tiers pour les campings. 
 

Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir