Avec le confinement, la TNT a montré toute son importance

  • Plus de 50% des foyers français continuent d'utiliser la TNT pour regarder la télévision (54% selon les derniers chiffres) et 22%, soit plus d'un foyer sur cinq, n'ont que la TNT pour la recevoir
    Plus de 50% des foyers français continuent d'utiliser la TNT pour regarder la télévision (54% selon les derniers chiffres) et 22%, soit plus d'un foyer sur cinq, n'ont que la TNT pour la recevoir TARIK KIZILKAYA / iStock.com / TARIK KIZILKAYA / iStock.com
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(AFP) - La TNT (télévision numérique terrestre), que certains disaient sur le déclin, a démontré toute son importance pendant le confinement, mais elle doit évoluer pour offrir une meilleure qualité d'image et des services comparables à ceux des box, dit à l'AFP Hervé Godechot, l'un des sages du CSA.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a publié ce jeudi les résultats d'une consultation sur la modernisation de la TNT, qui avait été lancée fin 2019.

QUESTION: Pourquoi vouloir moderniser la TNT, alors que de plus en plus de Français s'en passent et reçoivent les chaînes via internet ?

REPONSE: C'est d'abord une volonté des opérateurs de télévision. Le CSA va être le chef d'orchestre, mais c'est eux qui joueront la partition. Notre rôle est de créer les conditions pour que ce soit un succès.

Et si la fibre se déploie en France, il y a quand même encore aujourd'hui plus de 50% des foyers français qui continuent d'utiliser la TNT pour regarder la télévision (54% selon les derniers chiffres) et 22%, soit plus d'un foyer sur cinq, n'ont que la TNT pour la recevoir! Cela reste donc un enjeu fort. Et tout le monde ne peut pas se payer un abonnement triple play...

La TNT a un intérêt général, et la crise sanitaire et le confinement, durant lequel il n'y a jamais eu autant de gens devant la télévision toute la journée, ont rappelé que la TNT avait tout son rôle à jouer, et notamment à tous ceux qui pensaient peut-être qu'elle était sur le déclin.

C'est une technologie robuste, qui ne pose pas de risques d'engorgement des réseaux - contrairement à la télévision par internet -, et surtout elle est gratuite et présente sur 97% du territoire. Elle lutte donc d'une certaine manière contre la fracture numérique, comme on l'a vu pendant cette période de confinement.

Q: A quoi va donc ressembler la TNT du futur?

R: Il faut qu'elle soit à la hauteur des attentes des téléspectateurs et qu'elle puisse les faire bénéficier de la qualité des téléviseurs qu'on peut acheter aujourd'hui. Il s'agit aussi de mettre tout le monde sur un pied d'égalité en termes de qualité de service, quel que soit le mode de réception des chaînes.

Aujourd'hui, la quasi-totalité des chaînes de la TNT sont en haute définition. A terme, on espère une bascule totale en ultra haute définition, ou 4K : cela veut dire une meilleure image et un meilleur son.

Et vous aurez des services associés, même si vous n'avez pas la fibre et le très haut débit, ce qui vous permettra d'avoir directement sur l'écran des informations sur les programmes, de pouvoir revenir au début d'une émission en cours, voire même d'avoir la télévision de rattrapage...

Enfin, les opérateurs de télévision souhaitent la création d'un label qui serait apposé sur les téléviseurs dans les magasins, pour identifier ceux qui seront effectivement compatibles avec la TNT du futur.

Q: Arrivera-t-elle à temps pour les JO de Paris 2024?

R: Ce sera aux opérateurs eux-mêmes de fixer le calendrier. La première feuille de route, qui prévoyait une bascule totale en 2024, n'est plus valide.

Dès cet été, des ingénieurs vont se lancer dans des tests, qui seront achevés avant la fin de l'année. Les opérateurs se mettront ensuite autour de la table pour définir un nouveau calendrier.

Et c'est là qu'on saura effectivement comment les choses vont se mettre en place, avec a priori une année de référence pour une bascule totale à l'ultra haute définition. Mais il est possible que certaines chaînes proposent bien avant des programmes en ultra haute définition.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir