Parcours fléchés et distribution de masques: le Printemps rouvre jeudi

  • Le Printemps Haussmann à Paris retrouve ses clients ce jeudi
    Le Printemps Haussmann à Paris retrouve ses clients ce jeudi JACQUES DEMARTHON / AFP / JACQUES DEMARTHON / AFP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(AFP) - Mise en place de parcours fléchés, distribution de gel hydroalcoolique, messages de sensibilisation... Les employés du Printemps à Paris, qui s'affairaient mercredi à la veille de la réouverture du grand magasin, redécouvraient aussi leur métier à l'heure du Covid-19.

Après deux mois sans voir de client, la direction de l'enseigne s'était préparée à rouvrir le 11 mai, le jour du déconfinement. Mais son enthousiasme avait été douché par une annonce du gouvernement le 7 mai interdisant la réouverture des centres commerciaux de plus de 40.000 m2 en Ile-de-France, à cause de risques sanitaires persistants.

Depuis, les grands magasins parisiens, tels le Printemps ou les Galeries Lafayette, mais aussi les centres commerciaux Italie 2, Beaugrenelle, le Forum des Halles étaient fermés, sur décision du préfet de police de Paris, jusqu'au 11 juillet.

Mais le 19 mai, le tribunal administratif de la capitale a suspendu l'arrêté préfectoral de fermeture de Beaugrenelle, conduisant à la réouverture de ce centre commercial du XVe arrondissement, et il a fait de même mardi pour le Printemps, donnant de fait le feu vert à un retour à la normale pour ce grand magasin et ses 3.000 employés.

- pérennité -

Il était temps, a concédé mercredi à l'AFP son directeur Pierre Pelarrey: "on a besoin de faire du chiffre d'affaires", car "depuis le confinement c'est-à-dire le 15 mars, il était à zéro", mais "avec les frais fixes qui continuent à courir".

"Il est clair que ça posait très rapidement des problèmes pour la santé de l'entreprise, voire pour la pérennité du groupe", a-t-il confié tout en inspectant les rayons du grand magasin, à la veille de sa réouverture.

L'enseigne plus que centenaire, rachetée en 2013 par un fonds qatarien, a dégagé lors de son dernier exercice annuel un chiffre d'affaires de 1,7 milliard d'euros.

Dans son ordonnance datée de mardi, le tribunal a estimé que le Printemps était "fondé à soutenir que la surface commerciale utile doit être déterminée au regard, d'une part, de l'îlot +maison+ et, d'autre part, des deux îlots +homme/femme+ et qu'aucune de ces deux entités n'excède 40.000 m2".

"En cumulant leurs surfaces pour le calcul de la surface commerciale utile", a expliqué le tribunal, "le préfet de police a porté une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d'entreprendre et à la liberté du commerce et de l'industrie".

Une décision qui devrait faire boule de neige, les Galeries Lafayette, situées également boulevard Haussmann à Paris, ayant confirmé à l'AFP avoir aussi déposé un recours mardi soir devant la justice administrative.

- désinfection -

En attendant, au Printemps mercredi après-midi, les employés du grand magasin, tous masqués, enchaînaient nettoyage et désinfection de leurs rayons et stands, formations aux gestes barrières et ré-apprentissage de leur métier en mode Covid-19. Le tout en pensant à des clients avec qui il faudra parfois faire preuve de pédagogie.

Avec Pierre Pelarrey comme guide: outre les marquages au sol, "on a des parcours fléchés qui permettent aux clients d'entrer et de sortir, avec des flux séparés", mais aussi "au niveau des caisses, on a mis en place des vitres en plexiglas".

"Pour la protection de nos collaborateurs, chacun portera évidemment un masque, on demande aussi à nos clients (de le faire) et on sera à même de leur en fournir un" pour ceux qui en seraient dépourvus, a-t-il ajouté.

Si le directeur s'est dit "très content" de rouvrir ses portes et retrouver ses clients, car "le commerce, c'est la vie", il est en revanche "presque certain que l'on n'aura pas la fréquentation que l'on a habituellement", notamment en raison de l'absence de la clientèle étrangère.

Fleuron du groupe, le Printemps Haussmann accueille en temps normal plus de 20 millions de visiteurs annuels.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir