Covid-19 : une recherche canadienne prédit les conséquences sur l'épidémie après le relâchement des mesures de distanciation

  • Selon cette nouvelle étude, la province d'Ontario aurait vu cinq fois plus de décès, sans les mesures d'éloignement physique instaurées à la mi-mars.
    Selon cette nouvelle étude, la province d'Ontario aurait vu cinq fois plus de décès, sans les mesures d'éloignement physique instaurées à la mi-mars. sam thomas / IStock.com / sam thomas / IStock.com
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

(Relaxnews) - Des chercheurs canadiens ont établi un modèle mathématique permettant de prédire l'efficacité des mesures de distanciation sociale pour enrayer l'épidémie Covid-19 en Ontario. Selon leurs prévisions, une levée radicale des mesures de distanciation sociale, sans tests de dépistages ou autres mesures compensatoires en parallèle, risquerait de saturer les services hospitaliers au bout d'un mois. 

A l'instar de la France, une grande partie du monde sort peu à peu du confinement. Mais dans quelle mesure peut-on retrouver une vie normale, en sortant de nouveau dans les parcs publics et les restaurants, sans craindre une nouvelle flambée épidémique ? Des chercheurs canadiens ont analysé les différents scénarii possibles. 

Publiées le 27 mai dans Annals of Internal Medicine, les conclusions de cette étude réalisée dans la province d'Ontario suggèrent que si toutes les mesures de distanciation sociale sont levées dans les semaines à venir, le virus se propagera rapidement et entraînera des cas dépassant la capacité des unités de soins intensifs des hôpitaux.

Ces prédictions ont été élaborées par la professeure de médecine des populations Amy Greer à l'université de Guelph et des chercheurs de l'université de Toronto (Canada). Début avril, les scientifiques ont conçu un modèle mathématique à partir du nombre d'hospitalisations de personnes infectées au Covid-19 en unité de soins intensifs en Ontario entre le 19 mars et le 3 mai, ainsi que du taux de décès chez ces patients. 

"Ce document revient en arrière, utilise le même modèle, mais le met à jour en le calibrant avec les données observées en Ontario ainsi qu'avec les données sur ce que nous savons maintenant de la biologie de la maladie", explique la Pre Greer. 

5 fois plus de décès sans la distanciation sociale

Selon cette nouvelle étude, la province d'Ontario aurait vu cinq fois plus de décès, sans les mesures d'éloignement physique instaurées à la mi-mars. Les décès parmi les patients hospitalisés sans intervention ont été estimés à 12,7 décès pour 100.000, contre 2,5 décès pour 100.000 avec la distanciation sociale. 

L'équipe de chercheurs a également examiné le temps qu'il faudrait pour dépasser la capacité de lits en soins intensifs dans le cadre de mesures d'éloignement physique assouplies, sans aucune mesure compensatoire. En supposant que les mesures d'éloignement physique réduisent les contacts en Ontario de 70%, les hôpitaux seraient débordés en seulement 35 jours sans mesures d'éloignement, prédit l'étude. 

Même si les restrictions actuelles restent en vigueur jusqu'à la mi-juin, l'abandon total des mesures d'éloignement entraînerait une surcharge du système de santé en seulement 41 jours, ont par ailleurs constaté les chercheurs.

"Le nombre de contacts qui se produit lorsque nous commençons à nous détendre est un facteur majeur pour déterminer la rapidité avec laquelle la capacité des soins intensifs est dépassée", estime la Pre Greer. Avant de conclure : "Si nous relâchons la distance physique sans augmenter simultanément les tests et la traçabilité, nous assisterons à un retour rapide de croissance exponentielle".

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir