Prêtre né sur le Lévezou, Justin Pagès a dirigé le plus grand séminaire d’Asie

  • Né sur la commune d’Alrance, près de Villefranche-de-Panat, Justin Pagès a été ordonné prêtre à l’âge de 24 ans , à Paris, en 1889. C’est cette année-là qu’il a quitté la France pour l’Asie, où il a passé plus d’un demi-siècle (Thaïlande, Japon, Chine et, surtout, Malaisie). Si sa tombe se trouve au cimetière des missionnaires, dans un parc ombragé qui domine la ville de Singapour, où il est décédé en 1944, son corps a été déplacé dans un colombarium de l’église Saint-Michel.	DR
    Né sur la commune d’Alrance, près de Villefranche-de-Panat, Justin Pagès a été ordonné prêtre à l’âge de 24 ans , à Paris, en 1889. C’est cette année-là qu’il a quitté la France pour l’Asie, où il a passé plus d’un demi-siècle (Thaïlande, Japon, Chine et, surtout, Malaisie). Si sa tombe se trouve au cimetière des missionnaires, dans un parc ombragé qui domine la ville de Singapour, où il est décédé en 1944, son corps a été déplacé dans un colombarium de l’église Saint-Michel. DR Repro CP / / Repro CP
  • Prêtre né sur le lévezou, justin pagès a dirigé le plus grand séminaire d’asie
    Prêtre né sur le lévezou, justin pagès a dirigé le plus grand séminaire d’asie Repro CP / / Repro CP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Passionné de généalogie, le Castonétois Lucien Pagès a ainsi effectué un travail de fourmi, faisant durant ses recherches plus ample connaissance avec ce missionnaire. Parent éloigné de la famille, il a vu le jour sur la commune d’Alrance et il a passé plus d’un demi-siècle en terres asiatiques, dont l’île de Penang en Malaisie...

Un Aveyronnais originaire du Lévezou a dirigé, voilà un peu plus d’un siècle (précisément à partir de 1917) et durant une trentaine d’années, le plus important séminaire d’Asie. Situé sur l’île stratégique de Penang, en Malaisie, près du fameux détroit de Malacca (lieu le plus court de passage entre la Chine et l’Inde), il recrutait et formait (en langue latine) l’élite des cadres religieux d’une quinzaine de pays d’Asie. Telle est, dans les grandes lignes, une partie du fruit des recherches de Lucien Pagès, passionné de généalogie et installé à Onet-le-Château. Sur son arbre à remonter le temps, le Castonétois a donc découvert ce parent éloigné. Justin Pagès est né le 5 octobre 1865 au hameau du Bouviale, sur la commune d’Alrance, paroisse de La Capelle Farcel, près de Villefranche- de-Panat et d’Arvieu, mais aussi de la Tour de Peyrebrune ou encore de la Pyramide du Lagast, au cœur même de ce rude Lévezou qui a forgé son caractère. Après de bonnes études au petit séminaire et au grand séminaire de Rodez, il a rejoint, en 1885, les Missions étrangères de Paris (Mep), rue du Bac. Où il a passé quatre ans, en compagnie de son voisin et classard Jean-Baptiste Angles, de Fabrègues d’Alrance (qui a été missionnaire en Asie, puis moine au Japon). Et où il a été ordonné prêtre le 21 septembre 1889. L’année de l’ouverture de la Tour Eiffel (31 mars) et de l’Exposition universelle dans la capitale (5 mai au 31 octobre) a également été, pour lui, celle de son départ pour l’Asie. En un demi-siècle de mission, Justin Pagès a connu la Thaïlande, le Japon, la Chine et surtout la Malaisie. Il a ainsi consacré plus de quatre décennies de sa vie comme professeur et directeur (dès 1917) au collège général de Penang, grâce à ses qualités d’organisateur, de fin diplomate et de bon communicant. Il a entrepris dans ce grand séminaire, fleuron des Missions étrangères de Paris, d’importants travaux (rénovations et agrandissements). Il maîtrisait le latin, tant et si bien qu’il a été amené à prendre en main diverses affaires délicates dans plusieurs pays d’Asie, de restructuration d’établissements ou de missions en difficulté.

Justin Pagès est décédé le 16 juillet 1944 à Singapour. Une descendante, Céline Albenque de Toulouse, a pu se recueillir sur sa tombe en 2015.

Rui Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir