Unesco : la candidature du gant de Millau lancée au patrimoine culturel immatériel

Abonnés
  • "Nos savoir-faire sont précieux, comme le sont les matières que nous travaillons", souligne le Millavois Olivier Fabre.
    "Nos savoir-faire sont précieux, comme le sont les matières que nous travaillons", souligne le Millavois Olivier Fabre. Midi Libre / EVA TISSOT / Midi Libre
  • Unesco : la candidature du gant de millau lancée au patrimoine culturel immatériel
    Unesco : la candidature du gant de millau lancée au patrimoine culturel immatériel Midi Libre / EVA TISSOT / Midi Libre
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Initiée par Olivier Fabre, la démarche se poursuit avec différentes actions.

"C’est en 2015 que tout a commencé avec la visite du président de la commission nationale françaiseà l’Unesco, à qui j’ai proposé de nous accompagner dans le cadre d’une démarche de candidature au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité, relative à la ganterie millavoise qu’il me paraissait indispensable d’initier", se souvient Olivier Fabre. Le maître gantier à l’origine de cette initiative poursuit sur le volet historique : "L’héritage des gantiers a, en effet, longtemps fait corps avec l’histoire du Pays de Millau, et l’ensemble des activités liées au cuir.

C’est bien ce que nous raconte la fresque de l’église Notre-Dame de l’Espinasse, au cœur de Millau, représentant un berger aux côtés d’un mégissier et d’un gantier". Et d’enchaîner alors sur ce qu’il appelle "la suite logique" : "Aujourd’hui, notre territoire entame officiellement une démarche de candidature sur la liste représentative du PCI pour "les savoir-faire liés à la ganterie traditionnelle des hommes et des femmes en Pays de Millau : de l’agropastoralisme à la transformation des matières naturelles, à l’art de confectionner le gant". Olivier Fabre est "très motivé" et visiblement insatiable sur ce dossier : "Nos savoir-faire sont précieux, comme le sont les matières que nous travaillons et également les gestes que nous accomplissons. Ils révèlent notre identité, notre humanité, qu’il nous faut sauvegarder à tout prix. L’ensemble des praticiens, des élus, des acteurs culturels et scientifiques, des populations œuvrent avec passion afin d’enseigner, de transmettre et de voir durer ces savoir-faire d’exception, hérités depuis plusieurs générations.

L’artisanat, après le patrimoine Après une assemblée liée à la démarche, d’autres rendez-vous sont prévus : le dépôt de dossier de candidature en octobre, la commission décisionnaire en décembre, la création du site internet PCI (patrimoine culturel imatériel) Pays de Millau, réalisation du film officiel, le dépôt de candidature au PCI de l’humanité au mois de mars 2022. C’est déjà demain !

La convention sur le patrimoine culturel immatériel, née en 2003, a pour objectif de valoriser et sauvegarder des pratiques dites immatérielles, tels que les savoir-faire artisanaux. Elle complète celle de 1972, visant à protéger les patrimoines architecturaux et naturels, tels que, en France, le Mont Saint-Michel, les climats (terroirs viticoles) de Bourgogne, ou les Causses et les Cévennes, paysage culturel de l’agropastoralisme méditerranéen, reconnus en 2011au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

Rui Dos Santos
Voir les commentaires
L'immobilier à Millau

670 €

Appartement F3 bis situé en centre ville avec balcon - N771 - Magnifique ap[...]

475 €

Appartement T3 avec balcon - A LOUER - JMB IMMOBILIER vous propose à la loc[...]

530 €

Appartement F3 de 75m2 au RDC dans résidence calme - N176 - Appartement F3 [...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir