Apprentissage : la Chambre de métiers de l'Aveyron fait tout pour conserver sa dynamique

Abonnés
  • Jean-Michel Orlhac surveille le travail des apprentis couvreurs.
    Jean-Michel Orlhac surveille le travail des apprentis couvreurs. Centre Presse / Rachid Benarab / Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Après avoir fait le dos rond pour limiter la casse durant la crise, le campus de la chambre de métiers et de l’artisanat s’active pour préparer la rentrée prochaine et combler toutes les offres des employeurs et les demandes d’apprentissage qui commencent à affluer.

Ne pas perdre l’élan qui avait bénéficié aux filières de l’apprentissage avant la pandémie du Covid-19 c’est tout l’enjeu du travail actuellement mené par les responsables des structures proposant ce mode de formation professionnelle. À l’image de Christine Sahuet et de Jean-Michel Orlhac respectivement présidente de la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) et directeur du campus des métiers à la CMA. C’est dire si tous deux voient d’un très bon œil les décisions de la ministre du Travail, Muriel Pennicaud pour donner un coup de pouce à l’apprentissage. Cette dernière vient en effet d’annoncer la mise en place au 1er juillet d’une aide exceptionnelle aux entreprises recrutant un apprenti. Entre 5 000 et 8 000€ seront ainsi versés pendant la première année de contrat. Cette somme vient remplacer l’aide initiale de 4 125 € et permettra à l’employeur de couvrir la quasi-totalité du salaire de l’apprenti durant sa première année de formation.

"Offres et demandes commencent à arriver"

Bien qu’il soit synonyme de travail de qualité, de valeur et de transmission des savoirs, l’apprentissage a longtemps été décrié en France. "Ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui", indique Christine Sahuet en pointant du doigt les secteurs d’activité où la demande explose, comme les métiers de bouche par exemple ou la mécanique poids lourds et agricole.

Après avoir suscité un vif regain d’intérêt auprès des jeunes, les derniers temps, les métiers du bâtiment affichent aujourd’hui une certaine stabilité. "Le bâtiment repart. Les offres d’apprentissage commencent à arriver. C’est plutôt bon signe", glisse la présidente visiblement heureuse de voir arriver en nombre les demandes des futurs apprentis et les offres des employeurs.

Contrairement au secteur de l’hôtellerie et de la restauration quelque peu délaissé actuellement. "La crise que nous venons de traverser a énormément pénalisé ce secteur d’activité", analyse la présidente Sahuet. Et elle continue de le faire avec la mise en place de mesures difficiles à mettre en place pour les professionnels du secteur qui vont certainement avoir beaucoup de mal à remonter la pente. "Cela crée des incertitudes chez ceux qui souhaitaient se former à ces métiers. Et dans le doute, ils préfèrent pour l’instant s’orienter vers d’autres secteurs. Cela devrait s’arranger lorsque l’on y verra plus clair", prédit Christine Sahuet qui suit de près les évolutions du déconfinement.

85 % des apprentis connectés durant la crise

"Pour l’instant, il est encore trop tôt pour faire le bilan de cette crise, explique-t-elle. Comme tout le monde on s’est adapté à la situation. Et d’après les premiers retours je dois dire que cela s’est plutôt bien passé au campus de la CMA".

"Les enseignants se sont adaptés pour assurer une continuité pédagogique, poursuit Jean-Michel Orlhac. Grâce à cela plus de 85 % de nos apprentis ont réussi à rester connectés à leurs enseignants pendant toute la durée de la crise. Donc pour la partie théorique, c’était OK. Pour la pratique, en entreprise, en revanche, c’était beaucoup plus difficile", concède le directeur en précisant que 65 % des apprentis se sont retrouvés au chômage partiel durant la crise du Covid-19.

Un retard que les apprentis vont devoir désormais combler. "Les élèves sont motivés, ils ont le bagage théorique, donc ça devrait aller", estime également le directeur. Même chose du côté des entreprises. Car il ne faut pas oublier qu’en prenant des apprentis ces dernières forment souvent leurs futurs salariés, voire leurs futurs repreneurs. La qualité de l’enseignement est donc toujours au rendez-vous.

Portes ouvertes virtuelles ou personnalisées

Avis aux futurs apprentis, en attendant de pouvoir ouvrir ses portes au plus grand nombre dans le respect des règles sanitaires, le campus organise des portes ouvertes sur rendez-vous ou virtuelles. Tous les renseignements sont disponibles sur le site internet de la CMA sur www.cm-aveyron.fr

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir