La fête à la cité des Quatre-Saisons n’aura pas lieu

  • L’an passé, le groupe Obsession avait enflammé la cité.
    L’an passé, le groupe Obsession avait enflammé la cité.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L’édition 2019 des festivités castonétoises marquait d’une pierre blanche l’histoire du comité des fêtes, entre chaleur torride et passage obligé du relais de la présidence, suite au décès prématuré de Robert Rouquié, son chef charismatique.

Faute à la crise sanitaire, la 57e édition n’aura donc pas lieu et le boulevard des Capucines semblera bien triste en ce dernier week-end de juin. La plus ancienne association de la commune créée en 1963, à l’occasion de la première fête du quartier, sorti de terre avec les maisons du "petit train", a vu nombre de présidents se succéder, d’aucuns auront plus marqué leur passage, tels Georges Vignes ou Robert Rouquié. Pour celui qui préside depuis 2018, Claude Mazars, il est avant tout question de reprendre le relais d’une association presque sexagénaire. Soixante ans c’est exactement l’âge qu’il aura au matin du 29 juin. Enfant des Quatre-saisons, les "gênes" du comité des fêtes il les aura aussi acquis par son père, membre de l’association dès les premiers temps.

Des souvenirs il en a tant qu’il faudrait des heures pour les raconter, il se souvient, notamment, des grandes vedettes venues sur la scène du boulevard, tels Michel Fugain, Patrick Fiori, La Compagnie Créole, Patrick Sébastien pour les 40 ans ou de Jennifer pour les 50 ans, dont le concert fut annulé pour cause de météo exécrable. "Deux années de suite nous avons été victimes de malchance, en 2013, donc pour les 50 ans et l’année d’après, où la préfecture nous obligea à annuler à cause d’un vent très fort" se souvient Claude Mazars, dont les meilleurs souvenirs reviennent vite au galop : les éditions "plage", les "continentables", la foule des grands jours, l’École de musique départementale venue jouer et chanter au balcon des HLM, les prestations du groupe Obsession, mais aussi les petits-déjeuners dont il fut le maître d’œuvre et bien sûr "la marque de fabrique", le feu d’artifice, largement reconnu sur l’agglomération et au-delà. Fort d’une équipe de 25 bénévoles (dont un bon noyau de fidèles) et d’un soutien indéfectible de la municipalité, Claude Mazars regarde déjà vers 2021. "L’an prochain, pour marquer le coup et inaugurer la nouvelle salle des fêtes, nous accueillerons une vedette et tablerons sur un grand feu d’artifice, entre autres. Il faut tourner la page des mauvais jours et regarder vers l’avant" assure ce jeune grand-père de quatre petits-enfants (dont les deux dernières sont nées pendant le confinement), tout juste à la retraite et qui fait du comité, sa deuxième famille...

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

373 €

LOCATION APPARTEMENT ONET LE CHATEAU SANS FRAIS D AGENCE- Duplex dans résid[...]

120000 €

A VENDRE - Très bien situé dans le nouvel ECO quartier Cantagrelh, ce terra[...]

7500 €

parking dans copropriété sécurisée au Balquiere. Cet emplacement de parking[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir