Aveyron : les classes bleues reconduites dans les écoles pour l’année prochaine

  • Tous les membres du projet se sont réunis hier pour évoquer la saison 2020-2021.
    Tous les membres du projet se sont réunis hier pour évoquer la saison 2020-2021. A.B. / A.B.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L’an dernier, des classes bleues ont été proposées dans certaines écoles dans le cadre de la mise en œuvre du plan "Aisance aquatique", destiné à lutter contre les noyades accidentelles, notamment chez les enfants de moins de 6 ans.

"Le plan aisance aquatique version 2019-2020 a eu des résultats spectaculaires pour les enfants." Le moins que l’on puisse dire, c’est que la directrice académique des services de l’Éducation nationale de l’Aveyron, Armelle Fellahi, était très satisfaite de cette première expérience sur le département. Les enfants, entre quatre et six ans, pendant la période scolaire, se sont retrouvés une semaine pour "apprendre à gérer la chute dans l’eau, explique Christian Arlès, conseiller pédagogique départemental pour l’EPS. Les cours, pour les petits, se font sans matériel si ce n’est des lunettes et des bonnets de bain. Notre première classe bleue s’est tenue en septembre. On avait une autre séance prévue en juin, mais cela a été annulé à cause des mesures sanitaires. Mais pour l’année prochaine, on va agrandir le dispositif."

"Une dizaine d’écoles vont participer"

Seulement trois classes s’étaient lancées dans le grand bain l’an passé. Cette année, il y en aura au moins le triple. " On pense qu’il y aura une dizaine d’écoles qui vont participer dans tous le département, souligne Christian Arlès. Il y en aura à Millau, à Saint-Affrique, à Espalion, à Rodez, à Saint-Geniez… C’est un projet où tous les acteurs, que ce soit l’éducation nationale, l’Usep (Union sportive de l’enseignement du premier degré), la Ligue Occitanie de natation, l’État, les établissements nautiques, travaillent main dans la main. "

Les classes bleues sont comprises pendant la période scolaire. Les cours seront donnés sur une ou deux semaines.

"Ça dépend. Par exemple cette année, une école a décidé d’aller tous les jours, pendant une semaine, avec des cours le matin et l’après-midi. Et les deux autres classes ont préféré faire une demi-journée pendant deux semaines."

Ce projet peut se poursuivre, pour les enfants qui sont en difficultés dans l’eau, avec le projet "j’apprends à nager", qui lui est hors période scolaire, mais qui reste gratuit pour tous les enfants.

L’objectif étant que les élèves, avant la rentrée au collège, savent nager.

Alexis Bargallo
Voir les commentaires
Réagir