Argence-en-Aubrac : "On nous fait payer les pots cassés"

  • L’atelier de découpe avait été présenté l’an dernier.
    L’atelier de découpe avait été présenté l’an dernier. Archives CP / Archives CP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L’atelier de découpe du groupe Arcadie à Argences-en-Aubrac subit de plein fouet la tourmente économique et sanitaire. "Ils nous font payer les pots cassés en mettant sur le compte du covid-19 et nous font passer pour le mouton noir alors que nous avons toujours suivi les directives. C’est très injuste", lâche amer l’un des cadres qui souhaite rester anonyme au regard de la situation.

La fermeture de l’abattoir l’an dernier n’a fait qu’accentuer les pertes du site du Nord-Aveyron qui s’élèveraient à 5 M€. La fermeture serait un séisme économique pour le Nord-Aveyron car le site emploie une centaine de personnes. L’inquiétude est donc immense, d’autant que le directeur adjoint qui avait joué la carte de la transparence en ouvrant les portes de l’établissement l’an dernier, s’en est allé… Ce qui fait dire à ce salarié. "Le groupe nous promène, on ne comprend pas leur silence."

Face à cela, une réunion s’est tenue avec les élus locaux, Jean Valadier, maire en tête, pour tenter de trouver une solution. "Le groupe Arcadie va disparaître mais il y a de la place pour une production de qualité. J’aimerais un repreneur profondément mobilisé. Le site de Sainte-Geneviève est performant avec des salariés très attachés. Cela correspond aux attentes avec le retour au local". En ce sens, annoncé l’an dernier suite à la fermeture de l’abattoir, un projet de pôle viande auquel s’adosserait une marque Parc naturel régional de l’Aubrac est à l’étude à l’échelle communautaire. "Plus que jamais", assure l’édile.

En redressement le 3 juillet ?

Selon les bruits de couloir, il serait envisagé un redressement judiciaire le 3 juillet pour le site d’Argences-en-Aubrac. "Nous éviterions la faillite et nous aurions quatre moins pour revaloriser et montrer ce qu’on peut faire pour ne pas fermer." Et la fermeture, certes provisoire, de l’abattoir ovin à Sainte-Radegonde, n’arrange rien à l’affaire. "Les bouchers locaux vont aller voir ailleurs au moment où on se bagarre pour avoir des marchandises."

Olivier Courtil
Voir les commentaires
L'immobilier à Argences En Aubrac

136900 €

Dans un bourg dynamique du nord Aveyron, maison de ville/immeuble composé p[...]

59000 €

Située dans un hameau à 2kms de Sainte Geneviève sur Argence, maison en pie[...]

550000 €

Au coeur de l'Aubrac, magnifique ensemble immobilier composé d'une longère [...]

Toutes les annonces immobilières de Argences En Aubrac
Réagir