Des jeunes toujours avec la pêche !

Abonnés
  • La découverte de la pêche au bord de l’eau et sur les bancs de l’école, a créé une véritable passerelle entre enseignants, parents et animateurs.
    La découverte de la pêche au bord de l’eau et sur les bancs de l’école, a créé une véritable passerelle entre enseignants, parents et animateurs. repro cpa / repro cpa
  • La découverte de la pêche au bord de l’eau et sur les bancs de l’école, a créé une véritable passerelle entre enseignants, parents et animateurs.
    La découverte de la pêche au bord de l’eau et sur les bancs de l’école, a créé une véritable passerelle entre enseignants, parents et animateurs. repro cpa / repro cpa
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Activité sportive parmi les plus prisées chez les moins de 18 ans en Aveyron, la pêche continue d’attirer des jeunes. Les parents voient dans l’apprentissage des techniques et l’initiation à l’écologie, une source d’épanouissement et de sociabilité adaptée au développement de leurs enfants.

Peu médiatisée par rapport à d’autres sports tels que le football ou le rugby, la pêche de loisir s’est montrée pourtant extrêmement active ces 20 dernières années. Réseaux sociaux, sites dédiés et autres magasines spécialisés, sans oublier le marketing des fabricants de matériel, ont non seulement renouvelé son image, mais aussi ouvert de nouveaux horizons aux adhérents. Le succès notamment de la pêche en verticale, ou du feeder, montrent que ces outils de communication sont devenus avec les écoles de pêche, les passeurs principaux de connaissances anciennes et nouvelles. Les parents qui n’assurent donc plus cette transmission, sauf de manière marginale, semblent pourtant manifester un regain d’intérêt pour cette ancestrale discipline aux multiples facettes.

Indispensable école de pêche

Ce constat, trouve en partie son explication dans le travail de fond que fournit depuis plus de 20 ans l’école de pêche fédérale. La découverte de la pêche au bord de l’eau et sur les bancs de l’école, a créé une véritable passerelle entre enseignants, parents et animateurs. Par exemple, quand pour la première fois, le dernier crank fluo ou la protection des zones humides, font débat à l’heure du dîner, les parents non initiés doivent rester sereins. Ils pourront toujours contacter un animateur de la fédération pour s’initier à la pêche, ou demander à l’enseignant (e), des précisions sur des écosystèmes abordés en classe. En vérité le mieux sera d’accompagner (même un peu contraints) leurs enfants à leur partie de pêche. Car cette initiative est un excellent moyen pour se retrouver en famille, autour d’une activité commune. Une chose pas si simple à mettre en place de nos jours, mais que facilitent dans notre région, la proximité des sites, souvent magnifiques et parfois très sauvages. D’ailleurs, ces moments simples et sans prétention ont aussi l’avantage d’offrir, sans sortir le porte - monnaie toutes les 5 minutes, de vrais moments de repos et de détente (qui ont tant manqué lors du confinement !). Voilà pourquoi des familles ont pris l’habitude de retrouver à la sortie du travail ou pour leurs vacances d’été, ces havres de paix.

Un loisir fédérateur

Ce loisir de pleine nature a une autre particularité, celle de permettre aussi la pratique d’autres activités. Au bord de l’eau, sur les rives d’un lac, d’une rivière, ou proche d’un petit ruisseau, bien des choses ont leur place. Par exemple, lecture, musique ou photos, football, baignade et bien sûr siestes, sont le plus souvent compatibles avec une partie de pêche. Ces dernières années en Aveyron, les investissements de certaines communes dans la création de parcours de pêche "famille", ont réussi ce pari. Sécurisés et conçus au bon endroit, certains proposent une autre manière de découvrir ou redécouvrir des villages, parfois dotés d’un patrimoine culturel, architectural et paysager magnifiques (lire où pêcher ?).

Pêche et écologie

Les 5 400 jeunes de moins de 18 ans, rencontrés en 2019 par les animateurs de l’école de pêche, ne deviendront pas tous bien entendu des passionnés de pêche.

Ce qui en soi n’est pas grave du tout. Un des objectifs de ces rencontres était aussi de mieux faire comprendre les milieux aquatiques et ses écosystèmes auxquels l’être humain est pleinement intégré. La découverte d’un monde aussi caché que celui des invertébrés, est une occasion formidable pour aiguiser la curiosité des enfants mais aussi des adolescents. C’est souvent à la suite de tels rendez – vous, organisés entre autres, dans des écoles, que naissent sans bruit, des passions, et de là des métiers aussi divers que photographe animalier, technicien de rivière, vidéaste, ingénieur, etc. Une manière de rappeler que l’eau, si vitale et appréciée des enfants, mérite, plus que jamais, toute l’attention des adultes !

L’immense terrain de jeu de l’école de pêche

Créée en 1999, l’école de pêche fédérale rencontre actuellement près de 4 000 jeunes chaque année. Son volet consacré à l’apprentissage des techniques de pêche, est très riche et propose aux jeunes un terrain de jeu immense et attractif : pêche de la truite (toc appâts naturels et nymphe, mouche sèche), carnassier en bateau, carpes de nuit, silure, etc.). Les quatre animateurs ont par ailleurs développé un autre volet, l’initiation à l’environnement, avec comme supports pédagogiques les milieux aquatiques et la faune piscicole, un axe de travail devenu essentiel. Les investissements décidés dans ce domaine se sont concrétisés en 2006 par la signature d’une convention régulièrement renouvelée avec l’Éducation nationale. Celle-ci autorise les animateurs à intervenir dans les établissements scolaires. Ce volet éducation qui permet de sensibiliser les jeunes à leur environnement, participe également au recrutement et à la formation des futurs pêcheurs. 

Des sites à découvrir cet été en famille

Rivières : Saint-Geniez-d’Olt-et-d’Aubrac (gardons, chevesnes, ablettes, vairons, barbeaux, perches) et lâchers de truites chaque semaine. Grand-Vabre (Conques) : les Péliès (pêche au coup et carnassiers). Rodez (Layoule) : pêche au coup et aux carnassiers ; Prévinquières (proche Rignac) : pêche au coup (goujons, gardons, vairons. Lâchers de truites ; Millau : (La Maladrerie) rive gauche (chevesnes, vairons, barbeaux, truites arc-en-ciel et fario).
Plans d’eau et barrages : Saint-Gervais (Saint-Symphorien) : pêche au coup. Sévérac-d’Aveyron : La Cisba (black-bass, gardons, perches) ; Roussennac (Montbazens) : étang du Roudillou (black-bass, gardons, brochets, perches). Pont-de-Salars : les Rousselleries (gardons, perches, black-bass, carpes, brochets, sandres). Pinet : Saint-Rome-de-Tarn (pêche au coup, sandres, perches, carpes).

 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir