Aveyron : Osez la gourmandise avec la bûche d’amour de Paul Saint-Maxent

Abonnés
  • Paul Saint-Maxent et ses bûches d’amour.
    Paul Saint-Maxent et ses bûches d’amour.
  • Osez la gourmandise avec la  bûche d’amour de Paul Saint-Maxent
    Osez la gourmandise avec la bûche d’amour de Paul Saint-Maxent
Publié le / Mis à jour le S'abonner

La bûche d’amour de Paul Saint- Maxent sera peut-être la découverte de l’été, en Ségala. Ce gâteau méconnu en France risque bien de concurrencer le traditionnel gâteau à la broche de par ses différences.

Installé depuis trois ans sur la commune de La Capelle-Bleys, Paul Saint-Maxent est cuisinier de base et à un faible pour les plats salés.

En sillonnant l’Europe Centrale, il s’initie à la culture, au mode de vie et à la gastronomie, notamment en Slovaquie.

C’est alors qu’il découvre ce qui va devenir son pêché mignon : le Trdelnick (en tchécoslovaque) ou Kürtoskalac (en hongrois). Traduit par "tuyau de poêle" de par sa forme de cheminée fumante. Il s’agit d’un gâteau enroulé autour d’un bois (en inox de nos jours ) avant d’être cuit dans une sorte de rôtissoire.

Paul Saint-Maxent se fait un point d’honneur de faire le dessert dans les règles de la pure tradition, tant dans la recette que dans la cuisson.

Il prépare en amont les pâtons pour les marchés et les cuit sur place, devant les clients. Le gâteau caramélise, la croûte est craquante et fondant à l’intérieur. L’idéal est de le consommer de suite. De façon traditionnelle, il se consomme enrobé de sucre et de cannelle. Très en vogue à Prague, en République Tchèque, il est servi en plusieurs déclinaisons avec de la glace par exemple ou bien en version salé, notamment dans les festivals de danse.

La passion pour maître mot

Le pâtissier explique "Je ne veux pas devenir millionnaire mais vivre de ma passion, de mon métier. J’ai créé une entreprise artisanale et ne souhaite pas devenir une chaîne de magasins !". Bien plus qu’une simple pâtisserie, il se cache derrière cette entreprise culinaire des valeurs qui tiennent à cœur Paul : le "fait maison", l’"artisanal" de par le respect des méthodes traditionnelles, les "produits bio" et les "filières courtes" . Les ingrédients farine, œufs, sucre, levure, huile, proviennent du "tout ultra local" (sauf les œufs pour des contraintes sanitaires) à l’image du lait, fourni par le GAEC du Bez de La Bastide-l’Evêque.

Durant le confinement, le pâtissier a lancé une campagne ULULE durant 6 semaines afin de pouvoir faire décoller son entreprise sereinement (fr.ulule.com/osez-les-buches-damour/). Une participation est également un encouragement moral à ce nouveau chef d’entreprise.

Paul Saint-Maxent n’attend donc plus que les formalités administratives arrivent à terme (retardées en raison du confinement) pour commencer son activité.

Sur les marchés mi-août

Mi-août sur les marchés (liste sur le site internet), les Aveyronnais découvriront ainsi Paul, en tenue traditionnelle, faire la cuisson de ses gâteaux en direct. Les gourmands pourront donc se régaler dès la première bouchée, qui est, paraît-il inoubliable.

La bûche d’amour 07 68 62 44 13 Site Web : buchedamour.fr

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à La Capelle-Bleys

420000 €

Entre Villefranche /Rieupeyroux, sur terrain arboré de 6000 m² env, ancien[...]

Toutes les annonces immobilières de La Capelle-Bleys
Réagir