Des résultats records dans un contexte particulier

  • En raison du contexte sanitaire, il n’y a pas eu de scène de joie au moment des résultats, hier.
    En raison du contexte sanitaire, il n’y a pas eu de scène de joie au moment des résultats, hier.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L’Aveyron est le meilleur élève de l’académie, selon les résultats du bac dévoilés hier, dans un contexte bouleversé par l’épidémie de Covid-19.

Pas de cohue, pas de cris de joie, pas de longues étreintes, pas de larmes. L’épidémie de Covid-19 a eu raison de la vague d’émotions qui accompagne habituellement les résultats du baccalauréat. "Des précautions sanitaires ont été prises dans les lycées", souligne Armelle Fellahi, la Directrice académique de l’Aveyron, alors que le verdict pour l’année 2020 a été rendu hier.

Ainsi, au lycée Foch de Rodez, les bacheliers de l’année se sont retrouvés sans grande effusion. Les élèves ont eu connaissance de leurs résultats sur internet et le retrait du relevé de notes, indispensable pour l’inscription dans le supérieur, a été la seule raison de leur présence dans l’établissement. Précautions sanitaires obligent, ils n’ont pu pénétrer dans l’enceinte que par petits groupes, avec masque obligatoire.

Certains sont tout de même venus entre amis pour l’occasion. "Nous sommes un peu déçus que cela se passe de cette façon", ont regretté Marc et Thomas, deux nouveaux bacheliers. Pour eux comme pour leurs camarades, le verdict était connu depuis longtemps : en cette année particulière, l’examen n’a pu avoir lieu et ce sont les notes obtenues tout au long de l’année qui ont été prises en compte.

Dans le département, ce dispositif particulier a débouché sur un taux de réussite de 94,9 % avant les rattrapages. Soit une nette progression par rapport à l’an dernier (+8,8 %), ainsi que le meilleur score de l’académie de Toulouse. La suppression de l’examen final a probablement évité certains accidents, chez des élèves qui auraient pu être gagnés par le stress. "Cela m’arrange un peu, au moins j’étais sûr de l’avoir", convient Mathieu. D’autres ont regretté cette situation. "Si j’avais su, j’aurai plus travaillé au long de l’année", assure Mélanie, tout de même diplômée en filière littéraire.

Mais tout le monde n’a pas connu la même réussite et les élèves admis aux oraux de rattrapage ont une dernière chance d’inverser la tendance, à partir d’aujourd’hui. Là encore, les épreuves sont soumises aux contraintes sanitaires. "Un protocole strict est prévu", indique Armelle Fellahi. Il prévoit d’utiliser des salles assez grandes pour respecter la distanciation entre les candidats et les membres du jury, un parcours balisé des élèves qui doivent venir avec leur propre stylo pour émarger, un balisage au sol, etc. Autant de mesures qui viennent rappeler que cette année scolaire restera particulière, jusqu’au dernier moment.

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir