Un petit air de rallye à Noailhac

  • Des essais et des réglages, notamment sous les yeux de deux stars du monde du sport auto aveyronnais, Jean-Michel Da Cunha et Didier Auriol.
    Des essais et des réglages, notamment sous les yeux de deux stars du monde du sport auto aveyronnais, Jean-Michel Da Cunha et Didier Auriol. S.C. / S.C.
  • Des essais et des réglages, notamment sous les yeux de deux stars du monde du sport auto aveyronnais, Jean-Michel Da Cunha et Didier Auriol.
    Des essais et des réglages, notamment sous les yeux de deux stars du monde du sport auto aveyronnais, Jean-Michel Da Cunha et Didier Auriol. S.C. / S.C.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

La commune de l’Ouest Aveyron à vécu toute la journée de vendredi au rythme des voitures de rallye lors des Michelin Rally Days, essais privés organisés par le manufacturier français.

Le secret avait été bien gardé par Michelin et l’ARVM co-organisateur de cette journée. Car crise sanitaire oblige, pour que ces essais puissent avoir lieu, il ne devait pas y avoir de spectateurs. C’est donc une petite cinquantaine de personnes, pilotes, co pilotes, assistance et organisation qui se sont retrouvés au petit matin sur les hauteurs de Noailhac.

Quatorze équipages, pour la plupart aveyronnais, ont profité de cette journée pour renouer avec le

plaisir de la conduite tout au long des 6 kilomètres de spéciales préparés par l’organisation. En effet, hormis deux ou trois équipages qui avaient disputé quelques épreuves en janvier ou février, tous les autres était à jeun de compétition depuis la fin de la saison dernière. "C’est un véritable plaisir de se retrouver là. De prendre le volant, de mettre au point la voiture et de retrouver l’ambiance et la convivialité des parcs d’assistance."

Auriol, Camilli, Da Cunha…

Parc d’assistance ou quelques invités prestigieux, véritables ambassadeurs du manufacturier avaient été conviés. C’est ainsi qu’au détour des différents stands, il était possible de croiser l’Aveyronnais Didier Auriol, le premier Français champion du monde des rallyes en 1994 au volant d’une Toyota Celica. Ou le Niçois Éric Camilli, vice champion du monde 2017 en WRC 2 qui s’est largement imposé dans sa catégorie au volant de la Citroën C3 R5 officielle lors du dernier Monte Carlo. Était également de la partie Benjamin Boulloud, le copilote du double champion de France Yoann Bonato, vainqueur du Rouergue en 2017 et 2018. Le tour d’horizon ne serait pas complet si l’on omettait la visite amicale du vainqueur de la finale de la coupe de France des rallyes, Jean-Michel Da Cunha.

Des figures du rallye qui n’hésitaient pas à partager leur vécu et leurs expériences avec les pilotes amateurs présents. En fin d’après-midi, tout le monde se séparait après une journée bien remplie durant laquelle les ingénieurs Michelin avaient partagé leur savoir avec les pilotes et copilotes pour les aider à optimiser les réglages en fonction de la monte pneumatique. Les participants étaient unanimes pour dire avoir passé une excellente journée sur une belle spéciale dans des conditions quasi-identiques à la compétition. Compétition avec laquelle la grande majorité renouera les 7, 8 et 9 août du côté de Fronton, en Haute-Garonne pour certains, et de Bagnols-les-Bains, en Lozère, pour d’autres. Un rallye de Bagnols qui a d’ailleurs déjà fait le plein avec 150 engagés et dont la liste d’attente longue d’une cinquantaine d’équipages s’allonge de jour en jour. Ce qui traduit bien l’impatience de tous de renouer avec la compétition.

Serge Carrière
Voir les commentaires
Réagir