Covid-19 : pourquoi une perte d’odorat ?

  • Covid-19 : pourquoi une perte d’odorat ?
    Covid-19 : pourquoi une perte d’odorat ?
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

La perte d’odorat est l’un des symptômes significatifs du Covid-19. Un signe qui a longtemps été mis sur le compte d’une infection des nerfs olfactifs dans le nez. Mais selon des chercheurs français, il n’en est rien.

Le SARSCoV2 n’infecte pas les nerfs olfactifs. Une découverte qui a permis à une équipe de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) de répondre à 2 questions : comment le Covid-19 provoque-t-il une anosmie ? Cette anosmie est-elle responsable d’affections  neurologiques chez certains patients?

Commençons par la première : comment le Covid-19 provoque-t-il une perte d’odorat, ou anosmie ?

Les neurones olfactifs présents dans le nez sont entourés de cellules de soutien dites sustentaculaires ", nous explique ainsi Nicolas Meunier*, qui a participé à ce travail. " Celles-ci possèdent des récepteurs spécifiques par lesquels le virus entre dans les cellules. Ainsi le SARS-CoV-2 infecte massivement ces cellules sustentaculaires mais pas les neurones olfactifs. "

L’anosmie, pas une fatalité

Les auteurs ont alors observé sur le hamster, " qui a un système olfactif très proche de l’Homme ", qu’en plus de cette infection,  il y avait une desquamation de la muqueuse nasale. " Ce qui expliquerait l’origine de l’anosmie ", note Nicolas Meunier. La bonne nouvelle, c’est que cette situation n’est pas irréversible. "La  muqueuse nasale est capable de se régénérer tout au long de la vie. Nous avons remarqué une récupération de 50% de la structure initiale de la muqueuse nasale, et ce 14 jours après le début de l’infection. "

Mais ce n’est pas la seule découverte importante de cette équipe. Il faut savoir que les neurones olfactifs se connectent directement au système nerveux central. " Donc s’ils ne sont pas infectés, ils ne sont pas une porte d’entrée du virus vers ce système. Ils ne sont en outre pas responsables des manifestations neurologiques observées parfois dans les cas les plus sévères de la Covid-19 ", conclut Nicolas Meunier. Cette découverte est rassurante, car elle signifie que tous ceux qui ont développé une anosmie ne développeront pas une maladie neurodégénérative. "

*Unité de recherche Virologie et Immunologie Moléculaires, Université de Versailles

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir