Le tour de l'Aveyron à scooter - étape 1, épisode 3 : Cantoin n'a que l'amour, à Geneviève la panne

  • Sarrans.
    Sarrans.
  • Cantoin à l'ombre du pylône.
    Cantoin à l'ombre du pylône.
  • Coucher de soleil sur le lac des Galens.
    Coucher de soleil sur le lac des Galens.
  • Chez Lulu, difficile de faire une photo claire quand on rigole.
    Chez Lulu, difficile de faire une photo claire quand on rigole.
  • La panne à Saint-Geneviève, on redémarre à Espalion.
    La panne à Saint-Geneviève, on redémarre à Espalion.
  • Avec le scooter dans le "cangou", redescente par la D655.
    Avec le scooter dans le "cangou", redescente par la D655.
  • La Maison mondiale de la cabrette ouvrira ce vendredi.
    La Maison mondiale de la cabrette ouvrira ce vendredi.
  • Là encore, tout roulait...
    Là encore, tout roulait...
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Ce tour de l'Aveyron part à l'aventure sur les petites routes du département, défiant chaleur, pluie et pépins mécaniques, à la rencontre de beaux paysages et de belles gens. Où l'art de se déconfiner en douceur.
Six étapes tous les dimanches du 19 juillet à fin août, et six épisodes par étape sur le site de Centre Presse, du lundi au samedi.
On a fait le plein, le moteur démarre, un coup de klaxon et c'est parti !
 

Thérondels est paisible, endormie sous le soleil, et ses groseilles rougissent. L'on prépare juste une guinguette pour quelques festivités estivales sur le parc ombragé qui tient lieu de place centrale. A croire que toute l'activité de loisirs a migré vers la presqu'île de Taussac, située sur la commune.

Direction le barrage de Sarrans par des routes en lacets, à travers l'ombre des forêts. Ensuite, l'on remonte vers Cantoin avec la ferme intention d'aller jeter un œil sur les rochers de Turlande, signalés sur la carte comme étant en Aveyron. Que nenni : au bar-tabac de Cantoin, tenu par la joviale Lulu, on vous fait savoir que pour cela, il fallait rester côté Cantal. Et Lulu et une poignée de clients de m'énumérer les choses à voir sur la commune. Et même celles que l'on verra, comme la Maison de la cabrette, actuellement en cours d'achèvement et qui ouvrira ses portes au public ce vendredi (lire notre édition de jeudi). C'est à 2 km, à Vines, et je m'y rends… après une première alerte du scooter, qui refusait de démarrer. Après plusieurs poussettes jusqu'à sortir de Cantoin, il arrive à reprendre la route comme d'habitude, et j'ai pu même jeter un œil sur ce que sera ce musée mondial consacrée à la cabrette. Très class.

Retour sur ses pneus et direction Sainte-Geneviève-sur-Argence, afin de trouver une table pour le soir et un lit pour la nuit. Arrivé au village, et pour prendre des renseignements, on se gare avenue de la Mécanique… où l'on tombe en rade totale. Impossible de redémarrer. De plus, à Sainte-Geneviève, il n'y a plus d'hôtels, on ne sait où sont les clés du gîte, et l'unique restaurant du soir, une pizzéria, est fermé en ce mardi. Contraint donc d'appeler l'ami Rémi, un menuisier musicien qui habite à Crozillac, à plus de 30 km de là, et chez lequel je comptais passer la nuit… mais le lendemain. Il vient et me ramène chez lui, à la nuit tombée, en faisant un crochet par le lac des Galens, où somnolent déjà deux mobil-homes. « Je viens parfois dormir ici, dit Rémi, mais l'endroit commence à être connu. »

Après une courte soirée musicale, le lendemain, via les jolis points de vue de la D655 qui descend sur Cabrespine, direction Espalion où le frère de Rémi, coup de chance, tient le garage pour deux-roues. Il parvient à me faire démarrer le scooter, et sans attendre, je retourne… chez moi, qui sera aussi, si tout va bien, le point d'arrivée de ce tour de l'Aveyron à scooter. Mais cette panne aura amputé cette première étape de quelques lieux que je voulais croiser, le château de Thénières, Huparlac, la Roustanie (allez savoir pourquoi…), Soulages-Bonneval, Saint-Amans-des-Cots et le lac de la Selves.

La galère aussi, ça fait partie de l'aventure…

Laurent Roustan
Voir les commentaires
Réagir