La pause à Alrance : entre tour de Peyrebrune et lac

Abonnés
  • Le cœur du village a subi dernièrement des travaux de réfection.
    Le cœur du village a subi dernièrement des travaux de réfection. x.b. / x.b.
  • Le cœur du village a subi dernièrement des travaux de réfection.
    Le cœur du village a subi dernièrement des travaux de réfection. x.b. / x.b.
  • La tour de Peyrebrune
    La tour de Peyrebrune x.b. / x.b.
  • La tour de Peyrebrune
    La tour de Peyrebrune x.b. / x.b.
  • Le cœur du village a subi dernièrement des travaux de réfection.
    Le cœur du village a subi dernièrement des travaux de réfection. x.b. / x.b.
  • Le cœur du village a subi dernièrement des travaux de réfection.
    Le cœur du village a subi dernièrement des travaux de réfection. x.b. / x.b.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Entre les moteurs touristiques que sont le lac de Villefranche-de-Panat et la tour de Peyrebrune, le village se bat pour préserver son "bien vivre" et son tissu économique.

Comme on le dit du côté du Chaudron, bar, restaurant et lieu de rencontre privilégié des Alrançais, la commune est " idéalement placée ", à égale distance (45 minutes) entre Rodez, Millau et Saint-Affrique.

Après avoir compté un peu plus de 1 000 habitants en 1851, Alrance en accueille aujourd’hui 358, d’après le dernier recensement, et se trouve confrontée, comme beaucoup de communes aveyronnaises, à une lente chute de sa démographie. "Nous avons un bon climat… et des logements vides !", s’amuse le "jeune" maire Bernard Cluzel, qui vient de prendre la succession de Jean-Pierre Drulhe.

Pour continuer à faire parler d’elle et accueillir, outre des touristes, de nouveaux habitants, la petite commune du Lévézou peut notamment s’appuyer sur la tour de Peyrebrune (lire ci-contre), mais aussi sur la proximité du lac de Villefranche-de-Panat.

Accueil "chaleureux"

Une appellation quelque peu usurpée, aux dires de nombre d’Alrançais, du fait que le lac se trouve à cheval entre les deux communes et aurait tout aussi bien pu prendre le nom de… lac d’Alrance ! Aujourd’hui, un agréable chemin de randonnée de 10 km propose aux amateurs de se lancer dans un grand tour, au bord de l’eau, entre Alrance et Villefranche-de-Panat.

Si la commune est étendue sur 3 500 hectares au gré d’une trentaine de hameaux, la majorité des habitants se répartit entre les pôles que sont le bourg et La Capelle-Farcel, au plus près des services et des commerces. Alrance compte en effet un garagiste, une agence postale, un kiné, une école primaire (35 élèves), une quinzaine d’exploitations laitières (vaches et brebis), des fabricants de bière, bijoux et confiture sans oublier un club de football, une résidence pour personnes âgées autonomes et un système de portage des repas à domicile.

De quoi favoriser l’essor démographique espéré, alors que de nombreux villages peinent à conserver ces mêmes services.

Du côté des animations, la Covid-19 a joué ici aussi les trouble-fêtes, annulant la fête votive de la saint Georges et laissant planer de lourds doutes sur le pèlerinage de Peyrebrune et ses animations équestres (dernier dimanche du mois d’août) ainsi que sur la fête de La Capelle-Farcel, le premier week-end de septembre. Il en faudra cependant plus pour entamer le moral des Alrançais qui louent, toujours du côté du Chaudron, le "bien vivre" local et l’accueil de ses "chaleureux" habitants.

Aménagement : des travaux en vue !

Après les travaux de réfection du cœur de village du bourg d’Alrance entre 2017 et 2018, les interventions sur le hameau de La Capelle-Farcel devraient débuter rapidement. Les deux salles des fêtes ont, elles aussi, subi un coup de jeune dernièrement, et le maire entend continuer d’intervenir sur la voirie et les bâtiments communaux, pour le bien-être de ses habitants actuels comme futurs.

La tour de Peyrebrune, tête de pont touristique avec 2 600 visiteurs annuels

C’est une construction millénaire qui, depuis son promontoire à plus de 900 mètres d’altitude, veille sur la vallée de l’Alrance. La tour de Peyrebrune, chouchoutée depuis des années par les membres de l’Association des amis de Peyrebrune, est le monument à ne pas manquer lors d’un passage vers Alrance ou sa région.

Ce ne sont pas les quelque 2 600 visiteurs annuels qui diront le contraire. En temps normal (entendez hors période de pandémie), le site ouvre ses portes les dimanches de juin puis tous les jours en juillet et août.

Construite sur cinq étages, la tour est le vestige le plus visible d’un château qui était le siège de la Seigneurie de Peyrebrune. Son sommet offre une vue incroyable sur le Lévézou et même, par temps dégagé, sur les Pyrénées et les monts de Lacaune.

L’édifice a été restauré et mis en valeur par les bénévoles de l’association, créée à cet effet en 2002.

Pour les marcheurs, quatre circuits de la randonnée passent par la tour de Peyrebrune, idéalement située à proximité de la Maison du patrimoine pour permettre d’en apprendre davantage sur l’édifice mais également sur les richesses architecturales de la région.

Au cœur du département dans la région du Lévézou, Alrance se trouve à égale distance de Rodez, de Millau et de Saint-Affrique. Pour les visiteurs arrivant du nord de l’Aveyron, la commune est accessible par les départementales 56 (Arvieu), 25 (Salmiech) ou 176 (Canet-de-Salars) et par la départementale 24 pour ceux venant du sud.

Comment y aller

Après les travaux de réfection du cœur de village du bourg d’Alrance entre 2017 et 2018, les interventions sur le hameau de La Capelle-Farcel devraient débuter rapidement. Les deux salles des fêtes ont, elles aussi, subi un coup de jeune dernièrement, et le maire entend continuer d’intervenir sur la voirie et les bâtiments communaux, pour le bien-être de ses habitants actuels comme futurs.

Xavier Buisson
Voir les commentaires
Réagir