Une statue en guise de remerciements

  • Christian Braley et les techniciens viennent de poser la statue de plus de 7 m de haut.
    Christian Braley et les techniciens viennent de poser la statue de plus de 7 m de haut.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Lorsque les randonneurs passent entre les Deux Tours en bas de la ville, ils peuvent admirer deux chevaux d’acier réalisés à base de boulons et d’autres pièces soudées.

Christian Braley, le chef d’entreprise bien connu dans le domaine de traitement des déchets et de l’innovation technique dans le domaine des énergies nouvelles, comme la fabrication d’hydrogène pour véhicules, n’oublie pas les valeurs humaines de la vie.

Christian se lève tous les matins avec une nouvelle idée, parfois rocambolesque. C’est ainsi qu’il vient d’ériger une statue de 7 à 8 mètres de haut et d’un poids supérieur de 2 tonnes sur les hauteurs de son terrain situé au-dessus des Deux Tours.

Il a été nécessaire de concevoir une maquette en bois afin d’analyser les courbures et le centre de gravité avant de passer à la mise en œuvre de ce monument d’acier, conçu essentiellement à base d’anciens marteaux de broyeurs récupérés rouillés, soudés et forgés. Avant de l’acheminer in situ, et par mesure de sécurité, une embase en béton a été réalisée par son équipe et l’œuvre a enfin été posée à l’aide d’une pelleteuse de la société EGTP.

Un éclairage est éventuellement envisagé afin de valoriser l’ouvrage.

"C’est un travail d’équipe, pour lequel je remercie Pierre, Hervé, Julien et Laurent", précise le chef d’entreprise qui se retourne parfois sur son passé, pour en apprécier les joies, mais aussi les épreuves de la vie.

Amoureux du territoire, il n’oublie pas d’où il vient, et pour lui, cette œuvre est une façon de dire merci. Un merci d’abord à sa famille : parents, épouse et enfants, mais aussi merci à la vie, à la santé, à toute l’équipe de l’entreprise avec laquelle il a plaisir à travailler et qui le suit dans ses idées parfois "renversantes".

Merci encore à l’environnement. Merci à la municipalité et aux habitants qui l’ont soutenu pendant les épreuves, notamment les incendies qui ne l’ont pas ménagé ces dernières années.

Chacun pourra avoir sa lecture personnelle de la statue, qui la renverra (ou pas) au sens de sa propre vie, en fonction de ses convictions, qu’il soit croyant ou non-croyant ! "On ne dit jamais assez merci, ce mot de reconnaissance qui se perd", conclut Christian Braley.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Bozouls

279000 €

Villa T6 construite dans les années 70 dans un parc arboré, clôturé et sécu[...]

150000 €

Vous pouvez découvrir ce duplex 4 pièces grâce à notre visite virtuelle 3D.[...]

390 €

BOZOULS : Dans une résidence récente au calme, venez découvrir ce grand T2 [...]

Toutes les annonces immobilières de Bozouls
Réagir