Sénatoriales : unité et cohésion guident la candidature de Jean-Claude Anglars

  • Jean-Claude Anglars au côté de sa remplaçante Monique Aliès.
    Jean-Claude Anglars au côté de sa remplaçante Monique Aliès. C.C. / C.C.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Il a déclaré sa candidature le 7 juillet dernier. Et depuis lors, n’a eu de cesse de battre la campagne à la rencontre des élus (sur déjà 30 communes à ce jour) dont il sollicitera les suffrages le 27 septembre. Jean-Claude Anglars arpente ces sénatoriales comme il le fait depuis qu’il est entré en politique, il y a 25 ans : avec opiniâtreté, "sincérité et sérénité".

La politique, précisément, n’est pas celle de l’étiquette pour cet homme attaché avant tout au territoire : "Mon parti, c’est l’Aveyron", aime-t-il à marteler. Sans exclusive : la zone rurale, "mais aussi les villes, car jouer la complémentarité est essentiel". Et il compte bien, une fois élu, s’investir dans la réforme gouvernementale de la décentralisation et de la différenciation des territoires. "J’ai d’ailleurs de nombreuses propositions à avancer au Sénat concernant l’attractivité de ces territoires", glisse-t-il.

Continuité et loyauté

Pour le reste, Jean-Claude Anglars assure "s’inscrire dans la continuité de mes engagements, ceux qui m’animent depuis 1995, au conseil départemental comme sur le Haut-Rouergue". Une continuité qui trouve sa place dans le sillage de Jean-Claude Luche, qui renoncera à son mandat de sénateur en septembre. "Quand il a souhaité arrêter, j’ai demandé au président du conseil départemental, Jean-François Galliard, s’il voulait se présenter. Il a répondu par la négative. J’ai toujours été loyal et je continuerai à l’être…".

Et que Pierre AT, membre de la majorité départementale dont le candidat Anglars préside le groupe, envisage de se présenter lui aussi (notre édition du 25 juillet) "ne change en rien ma détermination. Je souhaite l’unité et la cohésion pour l’Aveyron".

Jean-Claude Anglars aura à ses côtés comme remplaçante Monique Aliès, ancienne conseillère départementale (elle a renoncé à briguer un nouveau mandat en 2014), maire de Belmont-sur-Rance et présidente de la communauté de communes Monts, Rance et Rougier. Tous deux ont déjà travaillé ensemble, sur les dossiers agricoles et la sécurité à travers le Sdis. "On partage les mêmes valeurs : l’Aveyron avant tout en garantissant l’authenticité du territoire", disent-ils à l’unisson. Pour l’heure, ils battent campagne, "à l’écoute des élus et des solutions à leur apporter".

Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir