Rixes nocturnes à Rodez : la police sévit place de la Cité

Abonnés
  • La place de la Cité, théâtre de nombreuses violences ces derniers jours
    La place de la Cité, théâtre de nombreuses violences ces derniers jours Philippe Henry / Reproduction Centre Presse / Philippe Henry
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Une dizaine d’interpellations, trois mises en détention… La police nationale a entrepris de mettre un terme aux agissements perpétrés par des groupes de marginaux depuis le début de l’été.
 

Lassitude et inquiétude, deux sentiments partagés depuis le début de l’été par les riverains de la place de la Cité, régulièrement témoins de soirées de violence. En milieu de nuit, et en tout cas souvent après la fermeture des bars, des affrontements se sont multipliés, fin juin et en juillet sur cet îlot si serein en cours de journée.

Alcool, coups de couteau et stupéfiants

Au cours de cette période, trois personnes ont même été blessées, parmi les protagonistes de multiples bagarres, par des coups de couteau. Les auteurs présumés ont été interpellés et placés par la justice en détention provisoire. Dans l’ensemble, des dizaines de contrôles ont donné lieu à une dizaine d’interpellations avec placement en garde à vue.

Le commissaire Jérôme Buil pointe la consommation d’alcool au sein de groupes de personnes marginales qui en sont venues aux mains, à plusieurs reprises, y compris avec des armes blanches. Un commerce d’alimentation ouvert la nuit, dans ce secteur, a été rappelé à l’ordre concernant la vente d’alcool "et a fait l’objet d’une procédure administrative". De plus, "deux affaires de trafic de stupéfiants ont été résolues dans la même zone au quartier des Embergues", précise le commissaire Buil. Aux violences se sont souvent ajoutées des nuisances sonores : "Il nous est souvent arrivé d’évincer des gens qui faisaient trop de bruit sur la place en pleine nuit et qui étaient, pour quelques-uns d’entre eux, domiciliés en toute proximité…"

Affaire résolue

Le patron du commissariat de Rodez note désormais, que "depuis le 20 juillet environ, il n’y a plus d’accrochages de ce genre et donc plus de nécessité d’intervenir". Mais il prévient : "Ces groupes peuvent très bien revenir, ou se transporter dans d’autres quartiers. Nous restons particulièrement vigilants".

Christophe Cathala
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

230000 €

Les immeubles de la rue de la comtesse Cécile à RODEZ se remarquent depuis [...]

347 €

APPARTEMENT EN DUPLEX EN TRES BON ETAT SITUE EN PLEIN CENTRE DE RODEZ[...]

480 €

Situé à proximité des commerces, appartement de type 2 meublé composé d'une[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir