Sécurité publique : la course de fond du commissaire Buil en Aveyron

Abonnés
  • Jérôme Buil, directeur départemental de la sécurité publique.
    Jérôme Buil, directeur départemental de la sécurité publique. C.C. / Christophe Cathala / C.C.
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Au terme de sa mission en Aveyron, le directeur départemental de la sécurité publique, revient sur deux ans d’"actualité intense", sur fond de nouvelles organisations autour de la sécurité du quotidien.
 

Dans la nuit du 31 juillet au 1er août 2018, le Bowling du Rouergue partait en fumée. Premier contact avec l’Aveyron pour Jérôme Buil directeur départemental de la sécurité publique, et un gros travail d’enquête qui commence, l’incendie s’avérant criminel.

Une arrivée tout feu tout flamme, en quelque sorte, qui augurait déjà un parcours sans répit pour le commissaire divisionnaire qui avoue aujourd’hui "avoir vécu deux ans d’actualité intense dans le département".

Quand les événements s’enchaînent

Il retient ainsi le mouvement des gilets jaunes "qui a généré des dispositifs conséquents", la double venue d’Emmanuel Macron en septembre 2019, décommandé au dernier moment (mort de Jacques Chirac) mais bien présent la semaine suivante. Et la réforme des retraites l’hiver dernier "avec des rassemblements presque hostiles au cours desquels un policier a été blessé"… Blessé aussi, un autre agent au cours des multiples interventions pour endiguer la violence de certains marginaux, l’été dernier, au centre-ville de Rodez. Mais surtout, l’assassinat de Pascal Filoé en septembre 2018, "qui a suscité une intense émotion à Rodez, dans tout le pays et au sein même de l’institution policière. C’était pour nous un vrai facilitateur…".

Le commissaire Buil l’assure : "A chaque événement, les policiers se sont comportés de façon exemplaire, tout le monde a joué son rôle, en vrai professionnel". Au final, "en deux ans, nous n’avons eu guère de période d’accalmie qui nous aurait permis de nous consacrer à notre cœur de métier".

Proximité et partenariat de terrain

Pour autant, pas question de renoncer au travail de proximité. Ainsi la création d’une Bac de jour (brigade anticriminalité), "avec une connaissance plus affinée du terrain, couplée avec la réorganisation de la sûreté urbaine et avec la création d’un groupe d’appui judiciaire permettant de traiter immédiatement une interpellation avec sa réponse judiciaire".

Le terrain, c’est aussi ce que le commissaire Buil appelle le "continuum de sécurité", porté par des partenariats forts avec les polices municipales, la gendarmerie et les pompiers. "Ces relations ont été remarquables, elles nous ont permis de travailler de la meilleure des façons".

Il en a été de même avec les groupes de partenariat opérationnel, dans chacune des trois circonscriptions (Rodez, Millau et Decazeville) qui implique sociétés de sécurité, bailleurs, transporteurs, etc. "On travaille avec celles et ceux qui sont au contact de la population et font remonter du terrain les sujets qui nécessitent une réponse immédiate. On identifie mieux les sujets de sécurité ou d’insécurité en réunissant autour d’une table tous les partenaires…"

Délinquance maîtrisée

Et que l’Aveyron soit "un département où la délinquance est maîtrisée" ne doit pas occulter que tout l’éventail des faits existe en Aveyron. Et l’organisation semble porter ses fruits, "car plus de la moitié des affaires de délinquance générale est élucidée et ce taux d’élucidation est même meilleur que l’an passé sur les atteintes aux biens et à l’intégrité physique…"

Les Aveyronnais peuvent-ils donc être satisfaits de leur police ? "C’est un vrai sujet, on ne fait pas assez d’enquêtes de satisfaction… Nombreux sont ceux qui saluent l’action de la police sur notre site Facebook. Mais il nous reste encore à travailler sur l’accueil du public qui est primordial. On doit s’améliorer".

La satisfaction, pour Jérôme Buil est celle du travail accompli dans "ce département que je vais regretter pour y avoir rencontrer des gens sains et attachés aux vraies valeurs et une équipe qui aime le travail bien fait et le fait bien".

Promu dans les Landes

Le 5 septembre prochain, le commissaire Buil dirigera la sécurité publique du département des Landes. Sur les deux circonscriptions de Dax et Mont-de-Marsan, il aura plus d’effectifs que les 230 fonctionnaires de police aveyronnais. "C’est un beau challenge à relever", glisse-t-il, très satisfait de cette promotion dans un département qu’il connait bien. Son remplaçant ne sera connu qu’en octobre, l’intérim sera assuré par son adjoint, le commandant Jean-Pierre Delmas.

JDM
Voir les commentaires
Réagir