Rodelle : "Les mondes invisibles" à l’écran…

  • Marie et Alain co-réalisateur en plein tournage.
    Marie et Alain co-réalisateur en plein tournage. repro cpa / repro cpa
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Vingt-quatre ans après Micropolis (la cité des insectes), une équipe de tournage de six personnes tourne, pour une durée de deux mois et demi, un documentaire sur le monde fascinant du petit. Installé dans la ferme Meyrinhac de Guillaume Méjane sur la commune de Rodelle, Alain Lucas et Marie Alart co-réalisateur ont écrit scénario qui n’est pas souvent abordé et qui pourtant a une importance capitale sur l’écosystème.

Le microcosme est un mot fascinant pour décrire un univers incroyable. Sous nos pieds et tout autour de nous fourmille une infinité de mondes parallèles où s’épanouissent des millions d’espèces animales et végétales sans que nous n’y prenions garde. Un de nos pas équivaut à la surface de leur royaume, une de nos journées correspond parfois à la durée de leur vie.

Ce film de 52 minutes raconte l’histoire des écosystèmes qui existe au cœur de nos jardins ; l’histoire d’une chenille qui tombe de son arbre et qui devra y remonter et va traverser plein de monde inconnu, cette lilliputienne doit faire face à un long voyage semé d’embûches, des rencontres dangereuses comme utiles et bienfaisantes rythme ce voyage initiatique vers des contrées à l’âge adulte. La chenille qui transformée en chrysalide ou cocon va ensuite donner le papillon, la métamorphose.

La nature est capable de tours de magies extraordinaires

"C’est une chenille dynamique qui retrouve beaucoup de paysage de la nature" précise Alain. "La difficulté est de gérer la vie des insectes, le cycle avance très vite il a fallu beaucoup réfléchir afin de mettre tout un matériel adapté autour du microcosme".

C’est la raison pour laquelle un studio de 200 mètres carrés a été installé dans une grange afin "de parfaire les vues précises de l’évolution de la chenille. La macro-photo reproduit des images très belles et donne bien de satisfaction" ajoute Alain.

Ce film "Les mondes invisibles" donnera l’opportunité unique d’explorer et de révéler au grand public ces mondes miniatures qui nécessitent généralement de s’agenouiller pour les observer.

Marie apportera une note poétique et sensibles ainsi qu’une narration qui emprunte parfois aux codes de la fiction.

Quant à Lucas, toujours irréprochable à la technique inventive, s’évertuera dans sa capacité à apporter un véritable univers esthétique aux sujets qu’il traite.

Ce film d’une odyssée miniature construit sous la forme d’une fable scientifique est un documentaire co-produit par Guindala production et Amersand et sera diffusé sur France 5 en 2021 et probablement dans les écoles du territoire afin de faire connaître ce monde fascinant aux plus jeunes.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir