Réchauffement climatique : l'espoir renaît après le confinement

  • L'investissement dans les énergies renouvelables est essentiel pour lutter contre le réchauffement climatique, selon une étude.
    L'investissement dans les énergies renouvelables est essentiel pour lutter contre le réchauffement climatique, selon une étude. Mimadeo / Istock.com / Mimadeo / Istock.com
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(ETX Studio) - La pandémie de Covid-19 a-t-elle redonné un espoir dans la lutte contre le réchauffement climatique ? C'est ce que tend à penser une récente étude qui s'est intéressée à la chute des émissions de CO2 durant la période de confinement. Les chercheurs estiment toutefois que des mesures structurelles doivent impérativement accompagner ce changement de comportement de la population mondiale pour mettre fin au réchauffement de la planète.

Publiée dans "Nature Climate Change", l'étude montre que la baisse des émissions de CO2 pendant le confinement pourrait permettre, si elle était soutenue par des mesures économiques structurelles, de lutter efficacement contre le réchauffement climatique. 

Du temporaire au permanent

L'équipe composée de 14 chercheurs s'est basée sur des données transmises par Apple et Google sur les évolutions des mobilités. L'étude montre notamment que près de 4 milliards d'êtres humains ont réduit de 50% leurs déplacements sur une période qui s'étend de février à juin 2020, réduisant ainsi les émissions de CO2 dans le monde. Un réel espoir dans la lutte contre le réchauffement climatique, bien que l'impact de cette baisse reste limité en raison du caractère éphémère du confinement.

Les chercheurs indiquent que même avec un confinement prolongé jusqu'à fin 2021, l'impact sur le réchauffement climatique ne serait que de 0,1° en 2030.

De l'urgence au pérenne

Pour le professeur Piers Forster, responsable de l'étude, si un changement de comportement est nécessaire, il ne suffira pas à enrayer seul le réchauffement climatique. Il faut profiter de l'opportunité post-Covid pour repenser le modèle économique de manière structurelle avec l'objectif d'un taux d'émission quasi nul.

Les trois secteurs visés par les scientifiques sont l'industrie, les transports et l'énergie. Ils suggèrent notamment l'investissement dans les énergies renouvelables et l'absence de sauvetage des énergies fossiles. Ils envisagent ainsi deux scénarii, un modéré et un plus radical. Mais dans les deux cas, des décisions majeures en faveur de l'environnement doivent être prises par les gouvernements pour éviter les effets les plus graves du réchauffement climatique et construire un avenir résilient.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir