Aveyron : la présidence du Sydom à Jean-François Rousset pour une gestion dans la continuité

  • Les élus lors de la réuniondu comité syndical qui a conduit à l’élection du nouveau bureau.
    Les élus lors de la réuniondu comité syndical qui a conduit à l’élection du nouveau bureau.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Patrice Couronne ne souhaitant pas se représenter, c’est l’élu du Sud-Aveyron, Jean-François Rousset, seul candidat en lice, qui a été installé mercredi soir à la présidence du Syndicat départemental des ordures ménagères.

Une page s’est tournée au Syndicat départemental des ordures ménagères de l’Aveyron (Sydom) après l’élection, mercredi soir à Olemps, du nouveau président Jean-François Rousset. Élu dans le Sud-Aveyron, ce dernier était à sa grande surprise, "seul candidat à briguer le poste". Il succède à Patrice Couronne dont on connaissait depuis longtemps le désir de passer la main. Il lui succède avec l’ambition d’inscrire son action dans la continuité de celle entreprise par Patrice Couronne. Absent mercredi soir à la réunion du comité syndical, l’ancien maire de Morlhon – il y est toujours adjoint – et ancien président de la communauté de communes du Villefranchois (Ouest communauté aujourd’hui) avait pris la présidence du Sydom en 2008. Il y avait été élu en remplacement du Sud-Aveyronnais Jean-Luc Gayraud, qui était quant à lui à la tête du syndicat depuis sa création en l’an 2000.

Le bon bilan de Couronne

Sous l’impulsion de Patrice Couronne, le Sydom a pris une nouvelle dimension avec, notamment, la mise en place de la collecte sélective en Aveyron. L’ancien maire de Morlhon a également géré la fermeture de la décharge de Solozard à Villefranche-de-Rouergue. Mais il était aussi à la manœuvre pour superviser l’installation des quais de transfert, qui ont permis de limiter les coûts et les nuisances générés par le transfert des déchets aveyronnais vers le site où ils sont traités dans le Tarn. C’est également sous la présidence Couronne qu’ont été décidés et validés deux importants projets pour le Sydom et les Aveyronnais.

Le premier est relatif à l’extension du centre de tri des déchets recyclables à Millau. Cet agrandissement devrait permettre, à terme, de valoriser tous les plastiques et beaucoup d’autres matériaux non valorisables à l’heure actuelle. Le second projet d’importance est relatif à la réalisation d’une plateforme de valorisation des déchets ménagers (l’équivalent d’une décharge en plus moderne) sur les hauteurs de Viviez et d’Aubin. Ce projet de près de 57 M € porté par le groupe Solena continue à faire couler beaucoup d’encre.

Notamment dans le Bassin decazevillois divisé entre une majorité d’élus favorable à cette installation et une grande partie de la population qui s’y oppose. Plus particulièrement à Aubin où le sujet a pesé sur les débats lors des dernières municipales. De là à dire qu’il a contribué à faire basculer le scrutin municipal en faveur d’un Laurent Alexandre qui y était ouvertement opposé… Aujourd’hui, quelques semaines après avoir ravi la mairie aubinoise à André Martinez, la position du nouveau maire sur le dossier n’a pas évolué.

"De l’huile sur le feu"

Désormais maire mais également vice-président de Decazeville communauté, qu’il représente au Sydom aux côtés d’Alain Alonzo, ils ont, comme les 35 autres élus aveyronnais, leur mot à dire dans l’installation du bureau du comité syndical.

Un bureau que Laurent Alexandre a d’ailleurs intégré mercredi comme 11 autres élus aveyronnais (le président, ses 4 vice-présidents et les 7 élus siégeant à leurs côtés). Mais pas à la place qu’il ambitionnait. "J’étais candidat à un poste de vice-président, mais tout était joué d’avance pour ne pas que j’y accède, a indiqué Laurent Alexandre, amer. Ce n’est pas normal que le territoire qui doit accueillir le projet Solena n’ait pas de représentants à la vice-présidence du Sydom. En faisant cela, ils pensent me contrôler mais cela va s’avérer plutôt contre-productif pour le Sydom. Car en ne prenant pas en compte le souhait des habitants du Bassin, ils contribuent plutôt à jeter de l’huile sur le feu", prévient le maire aubinois en guise de conclusion. Jean-François Rousset est prévenu.

En chiffres

73 329 tonnes de déchets, dont 12 358 t de déchets recyclables, ont été transportées par le Sydom en 2019, soit 8 040 t de plus qu’en 2018 en raison de la fermeture du site de Solozard.

224,9 kg d’ordures ménagères produites par an et par habitant en 2019, soit 7 kg de moins qu’en 2018.

95,3 kg de collecte sélective de papier et de verre par habitants en 2019.

10,9 % en moins d’ordures ménagères enfouies par habitant en 2019 par rapport à 2010.

25,2 M€ de budget annuel pour le Sydom.

57,6 M€ vont être investis par Solena pour réaliser un pôle multifilières de valorisation et de traitement des déchets à Viviez.

21,2 M€ vont être investis pour la modernisation du centre de tri des déchets recyclables à Millau.

12 c’est le nombre de personnes travaillant au Sydom de l’Aveyron.

646 millions de mètres cubes d’eau ont été économisés grâce à 24 449 tonnes de déchets recyclables valorisés, soit la consommation annuelle d’une ville de 12 000 habitants. Cette valorisation a également permis d’économiser 26 443 tonnes de matières premières ou 160 350 MWh ou encore 8 197 tonnes de Co2 non rejetées dans l’atmosphère. D’où l’importance du tri des déchets.

Rachid Benarab
Voir les commentaires
Réagir