Le projet Solena ciblé par les candidats EELV

  • Les candidats aux sénatoriales et leurs suppléants devant le site incriminé./Photo MCB
    Les candidats aux sénatoriales et leurs suppléants devant le site incriminé./Photo MCB
Publié le

Et ce n’est pas le seul projet qui les irrite, la Zac du Centre n’a pas non plus leurs faveurs…

Les candidats aux élections sénatoriales d’Europe écologie Les Verts (EELV) ont arpenté le Bassin, hier, afin de mesurer "l’ampleur de la catastrophe" avec, pour principale cible dans leur viseur, le projet Solena d’enfouissement des déchets, à Viviez. Claudine Bonhomme et son suppléant, Jean-Pierre Baldit, accompagnés de Marie-Claude Carlin, suppléante de Jérôme Czaplicki, ont dénoncé "le mépris des élus locaux qui ont soutenu le projet Solena, leur cynisme face à un territoire souillé par 170 ans de pollution et qui pourrait donc en supporter davantage". Et Claudine Bonhomme de marteler : "Il faudrait d’abord diminuer les déchets et les traiter là où ils sont produits". Et de poursuivre : "Il y a beaucoup de gens qui ont une sensibilité écolo et qui s’impliquent dans les communes. Par notre candidature on leur permet d’exprimer une autre vision de la société".

Greenbashing

Face à "l’explosion des zones industrielles et commerciales comme celle en passe d’être réalisée dans le centre de Decazeville", contre lesquelles les candidats s’élèvent, ces derniers défendent une agriculture citoyenne et nourricière. "Un emploi dans la grande distribution tue trois emplois, bien plus que ne le fait Internet. Et que nous apportera la 5G ? Elle ne résoudra pas nos problèmes et ne fera pas se développer nos territoires ruraux !", lance Guy Pezet. Les candidats dénoncent aussi le mode de scrutin qui ne fait participer que les grands électeurs et demandent "un suffrage universel comme en Espagne et en Italie". Un Sénat, chahuté par certains, auquel les candidats EELV reconnaissent "un rôle modérateur, un contre-pouvoir par rapport à l’exécutif. Les sénateurs sont là pour l’intérêt général et ils doivent mettre en valeur les enjeux territoriaux". Les candidats EELV aux sénatoriales mettent en exergue également le manque de cohérence du gouvernement qui "continue le nucléaire tout en se lançant dans les énergies renouvelables". Aujourd’hui le Sénat compte dans ses rangs quatre écologistes, Claudine Bonhomme et Jérôme Czlaplicki espèrent faire bouger les lignes et que la vague verte des municipales se propage logiquement à cette institution. "On espère un groupe au Sénat, on sera porté par le greenbashing ! C’est intéressant car maintenant c’est nous qui faisons peur", analyse Guy Pezet.

"On a besoin de la parole des Verts au Sénat pour défendre nos territoires ruraux et, surtout, tout projet doit faire l’objet de formation, d’information, de débat car lorsqu’ils impactent l’avenir d’un territoire, les gens doivent pouvoir se faire entendre", argumente Claudine Bonhomme. En résumé, "On est indispensable !" lance Marie-Claude Carlin.

GDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

140000 €

SOUS COMPROMIS- Immeuble à usage locatif comprenant local commercial en rez[...]

106000 €

A VENDRE- Immeuble à usage locatif comprenant local commercial en rez-de- c[...]

101650 €

DECAZEVILLE - Immeuble d'habitation avec 2 appartements duplex de 65 m², pr[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir