Port du masque, fermeture des bars… : la préfète de l'Aveyron joue "la confiance"

  • Valérie Michel-Moireaux, préfète de l’Aveyron, aux côtés de Benjamin Arnal, référent pour l’Agence Régionale de Santé.
    Valérie Michel-Moireaux, préfète de l’Aveyron, aux côtés de Benjamin Arnal, référent pour l’Agence Régionale de Santé.
Publié le

Outre l’obligation du port du masque pour tous les rassemblements de plus de 10 personnes, contre 100 jusqu’alors, la préfète de l’Aveyron n’a pas pris d’autres mesures contraignantes après le placement du département en "zone rouge", jeudi.

Ce samedi soir, les Aveyronnais pourront profiter des bars et restaurants jusqu’à 2 heures du matin. À la différence de son homologue tarnaise, la préfète aveyronnaise, Valérie Michel-Moireaux, a décidé de ne pas abaisser l’heure de fermeture des établissements à 23 heures. "Je fais confiance aux professionnels et aux citoyens", a-t-elle indiqué lors d’un point presse, à la suite du classement de l’Aveyron en "zone de circulation active du virus", dite "zone rouge".

Une confiance qui se traduit d’ailleurs par une seule nouvelle mesure contraignante : le port du masque est désormais obligatoire pour tous les rassemblements de plus de 10 personnes, contre 100 jusqu’alors. Pour le reste, la jauge maximale des événements fixée à 5 000 personnes n’a pas été modifiée, le port du masque dans la rue n’a pas été étendu à d’autres communes qu’Espalion, seule à avoir pris cette décision dans le département, et aucune manifestation prévue n’a été annulée…

Mais prudence tout de même comme l’a fait savoir la représentante de l’État : "Je peux au jour le jour être amenée à prendre des décisions bien plus contraignantes si je sens un quelconque relâchement et si les indicateurs se dégradent encore".

Les jeunes dans le viseur

Dans son viseur, les jeunes. Et notamment les étudiants, coupables selon la préfète "de comportements inacceptables ce jeudi soir dans les rues de Rodez avec de nombreuses soirées improvisées". "J’ai envie de leur dire qu’ils se mettent en danger eux-mêmes en faisant cela et leurs proches qu’ils aiment. Si cela se reproduit dans l’avenir, j’interdirai tous les rassemblements", a-t-elle prévenu, avant de demander également aux personnes en contact avec les plus vulnérables "d’être extrêmement vigilantes".

Car, quoi qu’on en dise, le virus poursuit sa progression dans le département, comme l’a souligné Benjamin Arnal, représentant de l’Agence Régionale de Santé, aux côtés de la préfète hier. Preuve en est : deux personnes étaient toujours admises en réanimation, hier soir, et sept autres hospitalisés. Le nombre de cas positifs augmente, lui, chaque jour. Près de 30 % sont des jeunes de moins de 30 ans…

Le chiffre

58

12,4 fin août, 27,7 début septembre, 42 il y a une semaine, 58 aujourd’hui… L’Aveyron a dépassé le seuil des 50 cas positifs pour 100 000 habitants ces derniers jours, le faisant basculer en "zone rouge" comme 52 autres départements. Ce taux d’incidence a même atteint des sommets – 71 – en fin de semaine passée après la découverte du foyer épidémique de l’Ehpad de Sévérac-d’Aveyron. "Et à ce jour, s’il se stabilise un peu, il ne baisse pas", a souligné Benjamin Arnal, représentant de l’ARS. Le taux de positivité suit d’ailleurs cette même tendance : 1,4 % fin août, 2,3 % début septembre et proche de 3 %

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

147 €

Proche Lycée Monteil, garage fermé.[...]

242 €

RODEZ - STUDIO équipé et fonctionnel situé à deux pas du centre ville et à [...]

523 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- Appartement avec vue degage[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Les commentaires (1)
Anonyme16775 Il y a 1 mois Le 19/09/2020 à 12:25

Son discours a été honnête. Il a dit la vérité. Comme la généticienne alexandra Hernan Condé. Cette personne il faut savoir l'écouter pour savoir. Qu’on aurait pu éviter le confinement. Ainsi que le masqueen tissu, Si la Chine ne nous avait pas caché la vérité sur ce virus. Aujourd’hui le professeur Raout nous dit. De ne pas avoir peur de ce virus.